Comment bénéficier des aides de l’ANAH ?

Vous êtes le propriétaire d’un bien immobilier et vous souhaitez entreprendre des travaux pour améliorer votre habitat ? Si vos revenus sont modestes, vous avez la possibilité de prétendre aux subventions de l’Agence Nationale de l’Habitat ou ANAH. Le but de ces aides est de contribuer à l’amélioration des habitations privatives grâce à des financements partiels des travaux de rénovation. Qui peut profiter de ces aides, et comment les obtenir ? Les réponses ci-dessous.

Pub

Qui peut aspirer aux aides de l’ANAH ?

Un propriétaire, qu’il occupe ou non son logement, a droit à une aide financière de l’ANAH. Le montant de celle-ci est déterminé en fonction de ses ressources. L’allocation peut servir à réaliser des travaux d’aménagement ou de rénovation de l’isolation thermique ou des dispositifs de chauffage.

Les syndicats de copropriétaires peuvent eux aussi bénéficier d’une aide de l’ANAH, s’ils sont en situation de précarité financière. Grâce à l’aide qu’ils reçoivent, ils peuvent financer partiellement les ressources indispensables à l’accomplissement de certains travaux de rénovation, tels que l’isolation thermique, le changement de pièces de menuiserie ou encore la réparation de systèmes d’aération.

Pour la construction ou la restauration d’habitations destinées à l’accueil des personnes financièrement instables, les collectivités territoriales peuvent également jouir des subventions de l’ANAH.

Certains profils peuvent obtenir une aide de l’ANAH suivant des cas spéciaux. Ainsi, l’ANAH peut octroyer son aide à une commune dans le cadre de travaux d’office de sortie de péril ou d’insalubrité. Elle peut en outre offrir son aide aux locataires désireux d’exécuter des travaux pour mettre leur logement aux normes.

Bref, les aides de l’ANAH sont principalement réservées aux propriétaires bailleurs, aux propriétaires occupants, aux associations de copropriété et aux collectivités locales.

Les démarches à suivre pour prétendre aux aides de l’ANAH

Pour profiter des aides de l’ANAH, deux options s’offrent à vous : remplir un formulaire ou entreprendre votre demande en ligne, solution réservée aux propriétaires occupants.

Pub

Les documents nécessaires pour la demande d’aides à l’ANAH

Afin d’effectuer une demande d’aide auprès de l’ANAH, vous devez compléter le formulaire Cerfa n° 12711*08, dans le cas où vous êtes un propriétaire occupant. En revanche, si vous êtes un propriétaire bailleur, il vous faudra remplir le formulaire Cerfa n° 12 709*06.

Mis à part le formulaire, vous devez fournir un dossier comportant la preuve que vous êtes le propriétaire de l’habitation, ainsi que des documents techniques : évaluation énergétique avant travaux, devis appréciatifs des travaux, schémas et plans du projet, projection après travaux.

Si vous êtes un propriétaire occupant, vous devez adjoindre l’avis d’imposition sur le revenu à votre dossier. Quant au propriétaire bailleur, il devra aussi se munir de la convention à loyer très social, social ou intermédiaire. Suivant l’emplacement géographique de votre habitation, votre dossier sera envoyé à la collectivité territoriale délégataire de compétences ou à la commission locale de l’ANAH.

Entamer une demande en ligne pour les propriétaires occupants

Depuis le mois d’octobre de l’année 2018, vous pouvez effectuer votre demande aux aides de l’ANAH en passant par Internet. Mais avant cela, vous devez vous assurer que vous êtes éligible à ces allocations. Pour ce faire, vous devez indiquer votre numéro fiscal et votre numéro d’avis d’imposition.

Pour créer votre dossier de demande d’aides, vous devez vous ouvrir un compte sur le site web de l’ANAH : https://monprojet.anah.gouv.fr. Il est à souligner que même si vous êtes éligible, cela ne veut pas toujours dire que votre demande sera approuvée.

Pub

D’ailleurs, vous devez répondre à certaines conditions. Vous ne devez pas démarrer les travaux avant d’avoir procédé à la demande d’aide. De plus, les travaux doivent être confiés à des professionnels œuvrant dans le bâtiment. Enfin, en tant que propriétaire occupant, vous devez résider au moins six mois dans l’habitation à rénover et celle-ci doit constituer votre résidence principale.