Installation de capteurs sur les véhicules d’Île-de-France pour évaluer la pollution de l’air

Dès ce mois de janvier 2020, près de 100 microcapteurs seront installés à l’initiative d’Airparif sur des véhicules professionnels, afin d’évaluer la qualité de l’air autour de la circulation routière. S’ils sont encore en phase expérimentale, ils seront opérationnels d’ici trois mois. Cette expérimentation bénéficie du financement de la région Île-de-France. Petit tour d’horizon.

Pub

Projet en vue d’estimer la pollution de l’air générée par le trafic routier

En région parisienne, les voitures du trafic routier constituent la première cause de l’émission d’oxyde d’azote et la deuxième en termes d’émission de particules. Cela peut malheureusement être nuisible à la santé des 11 millions d’habitants d’Île-de-France. Il s’agit des pires polluants possibles. Or les directives de l’OMS relatives à ces derniers ne sont pas respectées dans la région. De surcroît, les valeurs limites y sont largement dépassées.

Pour cette raison, des centaines de microcapteurs seront incorporés dans des véhicules roulant sur le périphérique, sur l’autoroute A 86 ou encore sur le réseau routier de Paris. L’objectif est de calculer en temps réel le niveau de pollution d’air provoquée par la circulation des véhicules des Franciliens, lesquels sont particulièrement nombreux.

Dans son programme de mobilisation en faveur de la transition écologique, la région Île-de-France assure le financement de cette opération qui est aujourd’hui en période d’expérimentation. Son montant s’élève à 1,5 million d’euros.

Pierre Pernot, responsable du projet auprès d’Airparif pendant cette année 2020, indique qu’ils testeront les microcapteurs afin de savoir s’ils offrent une plus-value, comparée aux dispositifs actuels. À titre d’information, Airparif est une association française agréée par le ministère de l’Environnement pour surveiller la qualité de l’air en région Île-de-France.

Un appel d’offres transmis pour la recherche des contributeurs

Un appel d’offres a été lancé afin de trouver des concepteurs de microcapteurs, ainsi que les prestataires qui fourniront leur flotte d’automobiles, lesquelles intégreront les dispositifs.

Pub

Nombreux sont ceux qui ont répondu à l’appel. Parmi ceux qui pourraient être sélectionnés figurent entre autres les voitures de location, les professionnels de la livraison, les ambulances et les fourgons de La Poste. Il s’agit principalement de professionnels qui parcourent le réseau routier tout au long de la journée.

Le principe est de se baser sur des flottes qui circulent déjà dans les rues franciliennes, et non d’ajouter des autos au sein du trafic existant.

Des tests approfondis sur les microcapteurs

Pour l’heure, le choix des microcapteurs n’a pas encore été tranché. Par souci d’ordre technologique, plusieurs tests seront préalablement réalisés afin de vérifier la fiabilité des microcapteurs, leur durée de vie et leur performance, et ce, peu importent les conditions météorologiques et le cours de la circulation.

Airparif a déjà procédé au test de certaines solutions de capteurs de la qualité de l’air. En 2018, des tests ont été effectués sur un peu moins d’une trentaine de capteurs et en 2019, leur nombre a atteint la centaine. Pierre Pernot rajoute qu’en ce moment, les capteurs disponibles sur les marchés sont relativement onéreux, par rapport à leur plus-value.

Un éventuel dispositif de plus pour contrôler la qualité de l’air

Dans le cas où les tests seraient concluants, ce dispositif incorporé dans les voitures complétera les autres systèmes déjà mis en œuvre afin de déterminer la qualité de l’air. Des instruments numériques sont déjà en place. En plus, 70 stations de mesures fixes sont implantées non loin du réseau routier de la région parisienne.

Pub

Grâce à ces outils, il est possible de recueillir en temps réel 30 millions de données toutes les heures. Nous sommes ainsi en présence d’une aide non négligeable qui pourrait permettre non seulement de réduire l’émission de gaz, mais aussi, et surtout d’améliorer la qualité de l’air.