La France souhaite la « durabilité » de la région Alpine

La SUERA ou Stratégie de l’Union européenne pour la région alpine compte parmi les 4 stratégies macrorégionales de l’UE. Chaque année, une région ou un état est désigné pour piloter la mise en œuvre de cette politique. Cette année, la présidence française prend le relais, l’annonce en a été officialisée le 4 février 2020.

Pub

La stratégie macrorégionale

La Stratégie macrorégionale touche 5 états membres de l’UE. Voici tout ce qu’il faut savoir pour comprendre cette politique.

Les membres de la macrorégion

La macrorégion alpine est constituée de 7 pays, 48 régions et 80 millions d’habitants répartis sur 450 000 km2. Les membres entreprennent une coopération en vue de faire face aux difficultés environnementales, sociétales et économiques. La macrorégion occupe ainsi 10 % de la superficie du continent européen. Les pays membres comprennent :

  • l’Allemagne
  • la Suisse
  • la France
  • l’Italie.
  • La Slovénie
  • le Liechtenstein
  • l’Autriche

Les engagements pour soutenir la biodiversité des Alpes

Un accord de partenariat Etat-Régions a été signé entre les présidents de Région et la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales. L’engagement a pour mission première de faire du territoire alpin un modèle européen pour la transition écologique. Les principaux signataires appellent les États et les Régions à « passer de la stratégie aux actions concrètes ». La France souhaite devenir un modèle représentatif de la diversité des Alpes. Elle soutient ainsi tous les programmes en faveur de l’espace alpin, comme : les mobilités et l’accessibilité aux services, la préservation des ressources naturelles, l’emploi et la formation…

Les actions de préservation de la région Alpine

La présidence 2020 de la Suera a déterminé 7 axes pour assurer la durabilité de la région alpine.

Préserver la biodiversité

La biodiversité est essentielle pour la qualité de vie, pour l’économie et pour l’attractivité du territoire. Elle est la garante du maintien des populations du développement économique des Alpes. La France souhaite faire adopter une déclaration politique des États et des régions focalisée sur la gouvernance et la coordination des infrastructures durables de la région.

Pub

Faciliter la transition énergétique en région Alpine

La présidence française envisage une hausse de l’efficacité énergétique des secteurs publics et privés. Dans cette optique, les engagements se concentreront sur la production d’énergie renouvelable, comme les énergies éolienne, géothermique, solaire ainsi que le chauffage au bois, la biomasse et l’hydroélectricité.

Encourager l’adoption des transports durables

Les questions relatives aux mobilités ont également été abordées. La présidence française propose une valorisation des innovations et des nouvelles technologies. Les solutions logistiques alternatives pourront ainsi se développer et améliorer l’accessibilité des zones alpines les plus isolées. Elle suggère également le développement du transport par câble.

Promouvoir le tourisme soutenable à toutes les saisons

La présidence française est en quête de solutions pour développer le secteur économique des Alpes tout en tenant compte des contraintes environnementales. Pour une meilleure attractivité touristique, elle envisage une valorisation du patrimoine et une mobilisation des acteurs pour prendre des initiatives.

Développer les produits locaux

Les produits locaux génèrent des emplois et restent donc profitables pour le territoire. La présidence encourage la consommation locale. Elle veut également développer la filière bois et revaloriser le pastoralisme.

Mobiliser la jeunesse au service du développement durable

Les jeunes ont leur part de responsabilité dans la lutte contre le réchauffement climatique dans les Alpes. La présidence mobilise les étudiants et les candidats en formation professionnelle. Elle incite aux expérimentations des camps de jeunes urbains et montagnards. Elle pousse à l’apprentissage des langues alpines et à l’organisation de séjours en montagne.

Pub

Optimiser la gouvernance

Pour finir, elle s’engage dans l’amélioration de la gouvernance. Elle veut devenir un trait d’union entre les programmes de coopération territoriale européenne et la SUERA. Elle restera en alerte pour trouver de nouveaux acteurs dans la Suera.