La précarité énergétique touche toujours de plus en plus de consommateurs Français

Nombreux sont aujourd’hui les ménages français qui réduisent volontairement l’usage de leur chauffage de crainte d’une hausse de la facture d’énergie. Ce sont les foyers qui souffrent de ce qu’on appelle la précarité énergétique.

Pub

État des lieux de la précarité énergétique en France

Depuis quelques années, le terme de précarité énergétique a fait son apparition dans les débats publics. En quoi consiste-t-il réellement ?

Qu’est-ce que la précarité énergétique ?

Selon la loi du 10 juillet 2010 ou la loi Grenelle 2, la précarité énergétique désigne la situation d’une personne qui souffre de difficulté particulière à équiper son logement de fourniture énergétique pour satisfaire ses besoins élémentaires. L’Observatoire National de la Précarité Energétique ou ONPE a vu le jour le 1er mars 2011. Il a pour objectif d’enquêter et de partager les informations sur ce phénomène. Son premier rapport a été publié en septembre 2014 avant d’être mis à jour en 2016.

Mesurer la précarité énergétique

Afin de mesurer la précarité énergétique, l’ONPE prend en compte plusieurs facteurs :

  • Le taux d’effort énergétique ou TEE
  • L’indicateur bas revenu, dépense élevée ou BRDE
  • Le ressenti de l’inconfort

Si 10 % du revenu d’un foyer qui appartient aux 3 premiers déciles de revenus, est consacré aux dépenses énergétiques, il est considéré comme en situation de précarité énergétique. Au cours d’une enquête en 2013, 2,8 millions de ménages français sont classés dans cette catégorie. Outre la faiblesse du revenu, le niveau de dépenses énergétiques constitue les conditions de précarités d’un ménage.

Pub

Qui sont les plus touchés par la précarité énergétique ?

D’après l’ONPE, près de 6 millions de Français éprouvent de la difficulté à payer leurs factures d’énergie et à combler leurs besoins en matière de confort thermique. Ces chiffres représentent environ 20 % des ménages, selon les statistiques en 2013. Sont concernés par cette situation :

  • Les ménages qui se trouvent dans les 3 premiers déciles de revenu par Unité de consommation (UC)
  • Les ménages qui se trouvent sous le seuil de pauvreté
  • Les locataires
  • Les personnes vivant seules
  • Les familles monoparentales
  • Les personnes âgées (60 ans et plus)
  • Les jeunes de moins de 30 ans

Les causes de la précarité énergétique

Nombreux sont les facteurs responsables de la précarité énergétique chez les consommateurs français.

La baisse du pouvoir d’achat

Le nombre de ménages en situation de précarité énergétique risque d’augmenter, car la facture d’électricité prévoit une hausse de 3,5 à 4 % en janvier 2020. Généralement, ce phénomène est causé par la baisse du pouvoir d’achat des ménages. En effet, ils ont vu leurs capacités et leurs moyens diminuer à cause du remboursement des prêts, des frais de transport et de la voiture, des besoins alimentaires, des assurances et des dépenses incompressibles.

Les causes supplémentaires

A ces causes s’ajoutent la vétusté des logements, la mauvaise isolation thermique, la hausse du prix du chauffage et la baisse des performances énergétiques. La hausse du taux de chômage, les difficultés professionnelles sont également des facteurs important de ce phénomène. Selon l’ONPE, le premier semestre 2019 a été marqué par l’augmentation des impayés en matière de factures énergétiques. Les factures d’électricité non payées se sont élevées à 18 %, contre 10 % pour les factures de gaz.

Pub

Les solutions contre la précarité énergétique des consommateurs

Nombreuses sont les solutions avancées par le gouvernement pour remédier à ce problème. La première correspond aux aides à la rénovation énergétique des logements. Cette subvention vise une baisse de la précarité d’ici 2020 à hauteur de 15 %. L’autre solution rassemble les nombreux programmes de rénovation énergétique, dont le programme « Habiter Mieux » de l’Agence nationale de l’habitat. Vous pouvez également vous tourner vers les CEE ou les Certificats d’Économies d’Énergie.