La région Centre-Val de Loire est propice aux emplois verts

La région Centre-Val de Loire semble favorable au développement des emplois verts. Cependant, la zone souffre d’une diminution des activités à vocation écologique. L’Insee a publié une étude démontrant le niveau de « verdissement » de la région.

Pub

Les métiers écologiques

Les métiers verts rassemblent, selon l’Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte, les métiers dont la finalité et les compétences visent à prévenir, mesurer, maîtriser et corriger les dommages infligés à l’environnement. Les professions sont en relation avec la production, la distribution de l’eau et des énergies. Elles sont également liées au traitement des déchets et des pollutions, aux mesures de protection des espaces naturels et à l’assainissement. La région Centre-Val de Loire est un territoire propice au développement des métiers verts. En outre, la zone engendre environ 149 000 emplois, selon les chiffres de l’Insee en 2016. Néanmoins, les observateurs ont remarqué une baisse des activités vertes entre 2006 à 2016.

Les emplois verts en Centre-Val de Loire

Le Centre-Val de Loire est favorable non seulement aux emplois verts, mais également aux emplois verdissants.

Près de 7 000 emplois verts

Les emplois verts correspondent entre autres aux métiers d’agent d’entretien des espaces naturels, de technicien de la police de l’eau, de garde forestier. En Centre-Val de Loire, ces activités occupent 0,7 % de l’emploi total (ou environ 7 000 emplois) selon l’Insee en 2019. La gent masculine occupe la majeure partie de ces emplois. De plus, les ¾ des salariés sont encadrés par un contrat à durée indéterminée.

Baisse légère des métiers verts dans la région

Cependant, l’Insee a constaté une baisse du développement des métiers verts de la région. En effet, entre 2006 et 2016, l’activité s’est contractée de 0,3 %. Les secteurs du traitement des déchets et de l’assainissement ont été les plus touchés (avec une réduction de 0,7 %). À l’inverse, le domaine de la protection de la nature et de l’environnement s’est développé de 2,2 %. Malgré cette légère hausse, le développement reste insuffisant pour assurer un solde positif. Paradoxalement, le développement national des métiers verts a connu une hausse de 0,2 %.

Pub

Les emplois verdissants en Centre-Val de Loire

Dans le rapport de l’emploi en faveur de la protection de l’environnement, l’Insee a également mentionné les métiers verdissants. Ce sont les activités qui connaitront, dans un avenir proche, une évolution afin de s’adapter aux exigences environnementales.

Près de 140 000 emplois verdissants

Il faut noter que les emplois dits verdissants n’ont pas pour finalité la préservation de l’environnement. Ces activités souhaitent mobiliser de nouvelles compétences dans le but d’intégrer l’aspect écologique dans le geste de métier. Ce secteur souffre d’un problème d’identification de ces professions « verdissantes ». En effet, il est difficile de mesurer le niveau de « verdissement » des différents métiers.

Les emplois verdissants ont connu une baisse de 0,1 % entre 2006 et 2016 en Centre-Val de Loire. Au contraire, ils ont progressé de 0,3 % à l’échelle nationale. Aujourd’hui, la région compte 140 000 emplois verdissants (soit 0,7 %). Il s’agit des poseurs en isolation thermique, des architectes, des jardiniers… Ce taux semble légèrement supérieur aux emplois verdissants au niveau national (étant de 0,5 %).

Poursuite des emplois verdissant depuis 2016

Sur le plan national, le développement des emplois verdissants connait une nette progression depuis 2016. Cette croissance résulte du dynamisme du domaine du recyclage et de la modernisation du traitement des eaux usées. À ces facteurs s’ajoutent la prospérité de l’agriculture biologique et le développement des investissements dans le secteur de l’énergie renouvelable (en l’occurrence l’énergie solaire et hydraulique).

Pub

En Centre-Val de Loire, l’agriculture biologique n’occupe que 3 % de la surface agricole utile. Cependant, le gouvernement vise au moins 22 % des surfaces en 2022. Ainsi, le territoire se trouve encore à la 13ème place sur les 14 régions en matière d’avancement. Quant aux énergies, l’usage des ressources propres est encore à la traîne, car 43 % des ressources sont issus des produits pétroliers.