L’aide de l’État pour accélérer la rénovation énergétique des ménages

image illustrant les rénovations énergétiques d'une maison

Toutes les régions de France ont été interpellées en vue de la concrétisation du plan de rénovation. La métropole du Grand Paris est encore en attente de validation, mais la région Île-de-France refuse l’accord. Ainsi, il n’y a à ce jour que 12 régions qui ont commencé l’opération visant à effectuer des travaux de rénovation. Voici les détails

Pub

Un plan de rénovation énergétique annoncé par le ministre du Logement

Les avancées du plan de rénovation ont été présentées par le ministre du Logement lors d’une rencontre avec les médias. Cet entretien a également été l’occasion de dévoiler une amélioration dans les conditions d’obtention des aides à la transition énergétique.

Présentation des étapes du plan de rénovation

Le lundi 18 novembre 2019, Julien Denormandie (ministre du Logement) en compagnie de Jack Azoulay, directeur de cabinet d’Emmanuelle Wargon (secrétaire d’État à la Transition écologique) ont dialogué avec la presse. Ces personnalités ont expliqué les démarches prévues dans la mise en œuvre du plan de rénovation énergétique ayant été mis en place en avril 2018. Le ministre a souligné le succès des travaux dans 5 régions sur les 12.

Améliorer les conditions d’obtention des aides financières

Tout au long du dialogue, le ministre a annoncé une initiative d’amélioration des conditions pour profiter des aides financières, en l’occurrence de l’éco-prêt à taux zéro (également appelée l’éco-PTZ). Rappelons que cette subvention propose un emprunt à hauteur de 30 000 euros afin d’engager des travaux de rénovation énergétique.

Les démarches d’accélération du plan de rénovation

Dans le cadre de la rénovation énergétique, le gouvernement enclenche la vitesse supérieure afin d’encourager le déclenchement des travaux dans 500 000 logements (les 12 régions).

Pub

Comment s’engagent les procédures de rénovation énergétiques ?

Afin d’atteindre cet objectif, le gouvernement a mis sur pied en septembre 2019 le projet SARE (ou Service d’accompagnement pour la rénovation énergétique). Ce dispositif vise à promouvoir l’importance des travaux énergétiques dans un foyer. Comme arguments, le programme avance la réduction de la facture de chauffage et le confort thermique. Cette campagne est assortie de services de conseils pour les locaux à vocation commerciale et d’audits énergétiques. Pour rappel, le plan SARE mobilisera environ 200 millions d’euros, à utiliser entre 2020 à 2024.

Profiter d’une prime pour les travaux de rénovation énergétique

Toujours d’après le ministre, le plan d’action représente une prise en charge du reste des travaux des particuliers. En effet, il faut rappeler que les subventions ne prennent en charge que 30 % du montant total des opérations de rénovation. Dans cette optique, le gouvernement a décidé de fusionner 2 aides financières pour le début 2020 : le Crédit d’impôt sur la transition énergétique (CITE) + l’aide Habiter mieux agilité. Un observatoire spécial sera également institué afin de vérifier l’avancée des démarches.

Le plan de rénovation remise en cause

Malgré cet engouement, il existe encore quelques sceptiques qui remettent en cause la rentabilité et l’efficacité du plan.

Une rentabilité tardive

D’après une étude économétrique réalisée en novembre 2019 par TNS-SOFRES pour l’ADEME, un ménage qui effectue des travaux à hauteur de 1 000 euros voit sa facture baissée de 8,4 euros par an. Cette réduction correspond à une baisse infime de 2,7 % de la facture. Selon l’enquête, la rénovation énergétique n’a rien de rentable à court et à moyen terme. D’ailleurs, le même rapport souligne que le délai de récupération du coût d’investissement initial s’élève à 120 ans !

Pub

Miser sur le confort plutôt que sur l’économie

Le gouvernement a expliqué que le plan de rénovation vise en premier lieu le confort du foyer et non l’économie d’énergie, et encore moins la baisse de la facture de chauffage. Cependant, il convient de souligner qu’un environnement optimal signifie augmenter la température de l’habitation. Il s’agit ainsi de ce que l’on appelle « L’effet rebond » du plan. Par ailleurs, certains foyers n’ont remarqué aucun changement drastique de leur confort thermique après les travaux de rénovation. Ce manque de performance énergétique s’explique surtout par le fait que les professionnels omettent d’expliquer la subtilité de l’opération.