Le Haut conseil pour le climat critique les actions environnementales de la France

Le Haut conseil pour le climat a publié son premier rapport qui insiste sur les insuffisances des actions gouvernementales au profit de l’environnement en France. À la suite de cette publication, le gouvernement a répondu aux critiques négatives.

Pub

Le HCC juge les actions de la France insuffisantes

Le HCC ou Haut Conseil pour le Climat est une instance indépendante créée par le président français en novembre 2018. Son tout premier rapport date de juin 2019 et parle des actions françaises pour lutter contre le réchauffement climatique. L’étude a critiqué l’insuffisance des mesures gouvernementales prises. Le HCC a également conseillé de mettre au centre de toutes les politiques publiques de la France des stratégies pour parvenir à la neutralité carbone en 2050.

L’État a obtenu un délai de 6 mois pour répondre à ces critiques. Sa réponse a ensuite été expédiée au Parlement et au Conseil économique social et environnemental. Ces derniers ont reçu le rapport le 14 janvier 2020, selon Corinne Le Quéré, présidente du HCC. Néanmoins, elle a refusé de dévoiler au grand public le contenu du rapport.

Le HCC fait preuve de dynamisme

Malgré ces quelques critiques, la présidente a salué le dynamisme du HCC. Le premier rapport a été publié et a été répondu par le gouvernement. D’après une copie destinée à l’AFP, le gouvernement a cité les principales actions déjà entreprises et les mesures à entreprendre. L’État a également répondu affirmativement face à la préconisation du HCC concernant les stratégies en vue de l’atteinte de la neutralité carbone de 2050.

Selon Corrine Le Quéré, un autre rapport sera établi pour l’année prochaine et concernera les avancées en matière de neutralité carbone.

Pub

Une accumulation de retards

Le gouvernement a dévoilé dans son rapport la mise en place de la Stratégie Nationale Bas-Carbone ou SNBC. Cette dernière sera mise en consultation publique le 20 janvier 2020 et prendra en compte les recommandations du HCC. Dans un souci de praticité, le gouvernement se propose de bâtir une stratégie pour rattraper le retard cumulé qui a commencé entre 2015 à 2018. Il faut rappeler que ce retard a été motivé par une insuffisance budgétaire.

L’État a promis de mettre en place des mesures supplémentaires après les travaux de la convention citoyenne sur le climat (ou CCC) en avril 2020. Dans une lettre adressée à la présidente du HCC, le Premier Ministre Édouard Philippe mentionne que la CCC doit présenter des mesures structurantes afin de réduire au minimum de 40 % les émissions de CO2 d’ici 2030.

Le HCC souhaite plus de transparence de la taxe carbone

Le HCC souhaite également reprendre le sujet de la taxe carbone qui accentue les mécontentements des Gilets jaunes. En guise de réponse, le gouvernement n’a fait qu’affirmer laconiquement : « s’il était décidé un jour de la relancer ». Cette réponse a attiré les foudres des ONG. Le Réseau action climat a déclaré que le « réchauffé ne suffira pas à limiter le réchauffement ». Il appelle à mettre en œuvre des mesures concrètes de lutte contre le réchauffement climatique. Greenpeace France, par l’intermédiaire de Clément Séhéchal, a critiqué la « course de lenteur du gouvernement » dans les décisions à prendre pour combattre le dérèglement climatique.

Pub

Petit rappel sur la taxe carbone

La taxe carbone consiste en un impôt environnemental direct relatif à la production et à l’usage d’une ressource, d’un produit ou d’un service. Son principe se résume à taxer un produit qui émet du CO2. Il s’agit de l’application du principe de pollueur-payeur. La taxe carbone s’apparente à une forme de sanction financière des émissions de gaz à effet de serre. Elle encourage ainsi les consommateurs et les producteurs à adopter des pratiques plus vertueuses pour la préservation de l’écologie.