Quelles aides pour changer les fenêtres en 2020 ?

Le remplacement de vieilles fenêtres permet de diminuer considérablement les déperditions de chaleur au sein d’une habitation, jusqu’à concurrence de 15 %. Mettre en place de nouvelles fenêtres contribue à l’amélioration du confort thermique tout en baissant les besoins en chauffage.

Pub

Si vous désirez installer des fenêtres double-vitrage, sachez que le coût est plutôt élevé. Heureusement, le changement de fenêtres est éligible à certaines aides écologiques, pour ne citer que les allocations de l’ANAH, l’éco prêt à taux 0, la prime énergie, sans oublier le crédit d’impôt. Comme elles sont parfois susceptibles d’être cumulées, ces subventions peuvent atteindre jusqu’à plus de 80 % du prix de l’acquisition des fenêtres. Zoom sur ces aides.

La Prime Énergie pour l’achat de nouvelles fenêtres

Si vous souhaitez remplacer vos fenêtres, il vous est possible de bénéficier de la Prime Énergie. Cette aide permet d’encourager la population à la réalisation de travaux de rénovation énergétique, grâce au soutien financier des fournisseurs d’énergie. D’ailleurs, ces derniers sont tenus d’appuyer l’amélioration énergétique des logements, au risque d’écoper d’une sanction financière.

Les fournisseurs offrent ainsi des diagnostics énergétiques, des emprunts bonifiés, ainsi que le rachat de Certificats d’Économies d’Énergie ou CEE, lesquels vous sont restitués à l’issue des travaux. Il est à souligner que pour prétendre à cette aide, vos travaux doivent être exécutés par une entreprise qualifiée RGE ou Reconnue garante de l’environnement.

Le CITE ou Crédit d’impôt pour la transition énergétique

Le CITE compte également parmi les aides dont vous pouvez jouir si vous voulez remplacer vos fenêtres. Ce crédit concerne l’isolation thermique des parois vitrées et opaques. Prenant la forme de remboursement ou de déduction, ce crédit d’impôt s’élève à 30 % du coût TTC des fenêtres, après retranchement des autres primes reçues.

Obtenu sans condition de revenus, le CITE s’adresse aux locataires ou propriétaires habitant dans un logement âgé de plus de 2 années, au titre de résidence principale. Les équipements sont à la charge de l’entreprise responsable de leur installation. Et comme avec la Prime Énergie, l’entreprise doit être certifiée RGE.

Pub

Il est à préciser que le CITE est cumulable avec les aides de l’ANAH, l’éco prêt à taux zéro et avec la Prime Énergie. Pour son obtention, vous devez compléter le formulaire 242 RICI lorsque vous déclarez vos revenus.

Les aides de l’Agence Nationale de l’Habitat

Dans le cadre du programme « Habiter Mieux », l’ANAH propose spécialement ses aides aux foyers à revenus modestes. Elles sont destinées aux occupants ou aux propriétaires bailleurs. Pour en profiter, n’oubliez pas de consulter le site de l’ANAH où vous trouverez les plafonnements des aides en fonction de votre revenu fiscal.

Pour aspirer aux aides de l’ANAH, certains critères sont à remplir, à commencer par le fait que l’habitation doit avoir été édifiée depuis plus de 15 ans. Aussi, les travaux doivent augmenter la performance énergétique du logement d’au minimum 25 %. Remarque: les subventions de l’ANAH ne peuvent pas être cumulées avec la Prime Énergie, de même qu’avec les autres aides basées sur le programme des certificats d’économies d’énergie.

Qu’en est-il de l’éco Prêt à Taux Zéro ?

L’éco prêt à taux zéro n’est valable que pour des projets regroupant aux moins 2 éco travaux de catégories distinctes, tels que l’installation d’un poêle à granulés et l’isolation d’un comble. Il est réservé aux propriétaires bailleurs ou occupants désireux d’accomplir des travaux de rénovation énergétique sur une résidence principale, dont l’édification a pris fin le 1er janvier 1990.

Pub

L’éco PTZ peut vous aider dans le financement d’un projet incluant l’acquisition du matériel, les charges relatives à l’installation, le démontage d’anciennes fenêtres… Son montant maximal est de 20 000 euros payables sur 10 années, pour l’accomplissement de deux travaux, et de 30 000 euros payables sur 15 années pour l’exécution d’au moins trois ouvrages.