Ce qu’il faut savoir sur les différents types d’énergies renouvelables

Contrairement aux énergies fossiles, l’exploitation de l’énergie renouvelable n’engendre en aucune façon l’extinction de la ressource initiale, car elle est issue d’éléments naturels qui se régénèrent en permanence. Elle n’est pas seulement inépuisable et illimitée, mais son utilisation présente également de nombreux avantages. Quand on parle « énergies renouvelables », on pense seulement aux panneaux photovoltaïques et à l’énergie éolienne. Toutefois, ce ne sont pas les seuls types d’énergies renouvelables.

Pub

Il existe en effet, 5 types d’énergies renouvelables qui ont chacune leur particularité :

L’énergie hydraulique

Ce type d’énergie est issu des mouvements de l’eau ou des courants marins. C’est une des catégories d’énergies les moins soumises aux conditions météorologiques. Pourtant, son exploitation demande des infrastructures importantes.

L’énergie hydraulique est produite grâce aux barrages et aux turbines dans les terres. En revanche, elle est exploitée sous différentes manières en mer :

  • L’énergie thermique exploitant la différence de température entre les eaux profondes et les eaux de surface ;
  • L’énergie marémotrice jouant sur l’énergie potentielle des marées ;
  • L’énergie hydrolienne qui peut être tirée des courants marins ;
  • L’énergie osmotique produisant de l’électricité grâce à la différence de salinité entre eau salée et eau douce ;
  • L’énergie houlomotrice issue de la houle et des vagues.

L’énergie solaire photovoltaïque ou thermique

C’est l’une des énergies renouvelables les plus courantes en France. Néanmoins, ce type d’énergie renouvelable est soumis aux aléas météorologiques. Il est bon de savoir que le système de l’énergie solaire photovoltaïque et celui de l’énergie solaire thermique ne sont pas identiques, même s’ils tirent parti tous deux du rayonnement solaire.

La première, photovoltaïque, est produite par la lumière du soleil. Celle-ci est recueillie grâce aux cellules photovoltaïques et des panneaux capables d’en transformer une partie en électricité.

Pub

La seconde, thermique ou thermodynamique, est tirée de la chaleur du rayonnement du soleil qui, par un jeu de miroir, va être utilisée, soit directement pour chauffer un local, de l’eau sanitaire ou des aliments, soit indirectement pour la production de vapeur vers un fluide caloporteur faisant tourner des turbines de production d’électricité.

L’énergie éolienne

Les éoliennes produisent de l’énergie grâce à la puissance du vent. Comme le solaire, elles sont soumises aux conditions météorologiques. Le principe de l’énergie éolienne est théoriquement simple : faire tourner les pales en exploitant l’énergie cinétique du vent. Le mouvement initié par le vent est ensuite couplé à un générateur pour fournir de l’électricité.

Il existe différents types d’éoliennes. Les plus courants sont les éoliennes on shore installées sur la terre ferme, et les éoliennes offshore installées en mer. L’inconvénient de l’énergie éolienne est qu’il s’agit d’une énergie intermittente. Elle ne peut être exploitée que lorsque le vent souffle.

La biomasse

C’est actuellement la première source d’énergies renouvelables produite en France. L’énergie de la biomasse provient de la combustion ou de la transformation de la fraction biodégradable des déchets et résidus de toute provenance. Elle peut devenir une source d’électricité, de carburant, ou de chaleur. La biomasse est tirée du recyclage de deux grandes sortes de matières organiques :

  • Végétales : bois et dérivés du bois (déchets industriels ou ménagers, résidus alimentaires, papier, carton, etc.)
  • Animales telles que les résidus alimentaires, le fumier, les lisiers d’animaux, etc.

La géothermie

À l’opposé de l’énergie solaire puisant l’énergie au-dessus de nos têtes, la géothermie puise l’énergie sous nos pieds. Elle est ainsi produite grâce à la chaleur contenue dans le sol. Celle-ci peut être utilisée pour la production d’électricité ou pour le chauffage. Il s’agit de l’une des énergies renouvelables qui ne soient pas tributaires des aléas atmosphériques.

Pub

En revanche, l’énergie produite dépend de la profondeur à laquelle elle est puisée :

  • Entre 10 et 100 m de profondeur et inférieure à 30°C, la géothermie est à très basse énergie. Elle peut alimenter les dispositifs de type pompes à chaleur.
  • Dans les gisements d’eau de 30 à 150°C, il s’agit de la géothermie moyenne pouvant alimenter les réseaux de chaleur urbains
  • autour des 2 500 m de profondeur, la géothermie peut capter des chaleurs de 150 à 200°C, permettant de produire de l’électricité.