Cinq idées écoresponsables et originales trouvées au plus grand salon mondial de l’électronique

Le Consumer Electronic Show, le plus grand salon mondial de l’électronique semble être le pire endroit pour parler d’écologie. C’est cependant en plein milieu de ce salon tenu le 7 au 10 janvier 2020 à Las Vegas que quelques idées écoresponsables ont pu être dénichées. Les voici !

Pub

1- Faire pousser des légumes chez soi

C’est la société française Myfood qui en est l’initiatrice. Elle propose tout un panel de plantes pouvant être facilement cultivées à la maison ainsi que les matériels permettant de faire cela. Vous pourrez y trouver un grand bac à légumes connecté, une mini serre connectée dotée de capteurs permettant le contrôle à distance du développement des plantes et informant le propriétaire de la nécessité d’une quelconque action précise.

Le bac connecté nécessite moins de soins que la serre connectée, mais tous les deux permettent de pourvoir à la nourriture de toute une famille sur toute une année. La culture hors sol et la fertilisation par un système d’irrigation fournissent les nutriments aux fruits et légumes.

Toutefois, ce système, quoique très rentable, est trop onéreux pour le commun des ménages. Il faut en effet, y allouer dans les 500 € à 2 000 € pour son acquisition. Son coût environnemental ainsi que financier ne sont d’ailleurs, amortis qu’au-delà de cinq à dix ans. La production hyperlocale reste toutefois, très séduisante !

2- Le recyclage de l’eau à domicile

C’est l’Hydraloop Systems qui est ici à l’honneur ! Il récupère l’eau de la salle de bains et la traite pour qu’elle puisse être réutilisée pour les toilettes comme pour la machine à laver. Ce recyclage de l’eau à domicile permet de réduire la consommation de cette denrée jusque dans les 45 %.

 Ce système n’utilise aucun filtre qui risque toujours de s’encrasser ni des produits chimiques. Le recyclage est ici obtenu par la flottaison suivie par la sédimentation et par l’action d’un bioréacteur aérobique.

La quantité d’électricité requise pour son fonctionnement est aussi assez faible. Aucune étude d’impact écologique n’a cependant, pas encore été réalisée pour confirmer cette consommation énergétique.

Toutefois, le principe de fonctionnement d’Hydraloop fait qu’il est permis de penser qu’il permettrait sur le long terme de limiter la construction de nouvelles centrales de retraitement de l’eau.

Pub

3- Du steak haché en faux bœuf

Ce steak fait à base de matières végétales ne contient aucune molécule de viande. Il a cependant, tout le goût du vrai steak habituel. Impossible Foods, son créateur, l’a conçu à base de racine de soja et de protéines végétales ainsi que d’autres ingrédients provenant toujours de végétaux.

Un nouveau type de viande au goût de porc a aussi particulièrement séduit les consommateurs. Le prix est certes, plus élevé, mais son côté écologique et qui n’a fait souffrir aucune bête a son prix.

4- Une pile faite dans du papier

Cette pile minuscule en papier stocke son énergie sur un papier imprégné d’enzymes. L’étude de son impact écologique n’a pas encore été réalisée, mais son avenir semble être bien meilleur que les traditionnelles piles en lithium qu’elle ambitionne de supplanter.

Il est vrai qu’au lieu du lithium, la fabrication de la pile nécessite de couper des arbres. Cependant, le papier reste un matériau plus durable que le lithium. De plus, la densité énergétique de la pile en papier est nettement plus élevée que celle de la pile classique.

Toutefois, la petite pile de Bioensymatic ne peut emmagasiner qu’assez peu d’énergie et se décharge assez vite. Elle ne peut servir que pour la communication d’informations par bluetooth basse consommation. Elle est de ce fait, vouée à des appareils médicaux jetables tels que des capteurs de glucose pour diabétiques.

5- Le prototype électrique totalement écologique de Mercedes

La batterie de ce prototype n’utilise aucun produit toxique ou rare. Elle combine le graphène à une chimie cellulaire organique pour la rendre totalement recyclable. Tous leurs produits ne sont toutefois pas voués à être commercialisés.

Pub

Il est à noter que Mercedes s’est fixé pour objectif, une empreinte carbone neutre pour toutes ses activités d’ici 2039.