Comment isoler le sol de votre maison ?

Les pertes de chaleur par le sol représentent 10 % des pertes totales au sein d’une maison, générant une hausse de la facture de chauffage de 10 %. Isoler cette partie de votre habitation revient à amenuiser les dépenses énergétiques inutiles. Voici les différentes techniques pour y parvenir.

Pub

Les techniques d’isolation du sol

Trois techniques existent : l’isolation par le dessous, par le dessus ou entre les éléments du plancher. Le choix repose sur la configuration de l’habitation.

L’isolation du sol par le dessous

L’isolation du sol de votre maison par le dessous exige la présence d’un vide sanitaire ou d’un espace non chauffé, comme une cave ou un garage à l’intérieur du logement. Le vide sanitaire désigne l’espace vide niché entre le sol naturel humide ainsi que le sol de votre maison.

En outre, la méthode consiste à placer ou coller des panneaux isolants rigides sur le plafond. Vous pouvez également opter pour l’installation d’une chape flottante, une couche de mortier déposée sur une couche isolante en polystyrène. L’autre solution est de fabriquer un plancher à hourdis (un plancher en béton composé de poutrelles où se déposent des hourdis en béton).

L’isolation du sol par le dessus

Choisissez l’isolation du sol par le dessus en l’absence de vide sanitaire ou d’espace non chauffé. Cette technique s’avère tout aussi utile dans le cadre d’une construction sur terre-plein en rénovation. La méthode demande l’accès à la partie supérieure de la dalle pour faciliter l’extraction du revêtement (carrelage, plancher, parquet…).

L’isolation par le dessus se décline en plusieurs approches :

  • la pose de chape isolante thermique ;
  • la pose de chape flottante ;
  • la pose d’isolant en panneaux ou en plaque sous la dalle ;
  • la pose de plancher à hourdis.

L’installation d’une chape isolante en dessus d’un sol humide est déconseillée.

L’isolation entre les éléments du plancher

Cette méthode soulève l’usage d’isolant en vrac, à l’image du liège ou de l’argile expansée entre les solives. Vient ensuite la pose d’une fine couche d’isolant sur les solives pour éviter l’apparition de ponts thermiques. Elle intervient dans le cadre de l’isolation d’une maison, dont les planchers sont à ossature bois ou métallique. Les isolants en vrac sont à même de se glisser dans les interstices.

Pub

En outre, la méthode s’applique pour l’isolation du sol d’une maison neuve ou d’une maison ancienne. Dans un esprit écologique, pensez à fabriquer les isolants par vos propres moyens, en utilisant le chanvre (un isolant biosourcé) en guise de dalle isolante.

Un choix selon la configuration des lieux

Les critères esthétiques et techniques influencent grandement le choix de la méthode d’isolation du sol d’une maison ancienne. Si vous souhaitez aménager un plancher chauffant, pensez à la pose préalable d’une chape isolante ou d’une chape flottante. L’isolation par-dessus est la technique recommandée pour les pièces implantées au sous-sol. Avant d’engager les travaux, une étude de la rentabilité s’impose pour justifier les dépenses. Cette étape préliminaire est valable pour une construction dotée d’un plancher bas sur terre-plein.

Quel isolant choisir ?

Chaque isolant détient ses spécificités. Le choix varie en fonction des critères de performances (épaisseur, résistance thermique…) et de votre budget. Vous profitez d’un choix multiple entre :

  • la laine de verre ;
  • la laine de roche ;
  • la laine végétale ou fibre de lin ;
  • le liège ;
  • le polyuréthane ;
  • le polystyrène expansé ou extrudé ;
  • la ouate de cellulose ;
  • la fibre de bois.

L’intervention d’un expert s’avère indispensable dans le choix de l’isolant et lors de la pose minutieusement effectuée dans les règles de l’art.

Le prix de l’isolation du sol de votre maison

Nombreux sont les simulateurs en ligne estimant le prix de l’installation d’une isolation de sol au sein de votre maison, en tenant compte de la nature de votre sous-sol.

Le coût des travaux

Les matériaux choisis et la technique de pose rassemblent les paramètres du coût des travaux. L’isolant du sol par le dessous reste plus accessible par rapport à l’isolation par le dessus. Tandis que l’intervention dans une maison ancienne est plus coûteuse que dans une maison neuve. Le tarif oscille entre 30 à 50 euros par heure.

À titre comparatif :

Pub
  • une laine de verre coûte entre 3 à 20 euros par m2 ;
  • une laine végétale coûte entre 4 à 20 euros par m2 ;
  • une laine de liège coûte entre 10 à 30 euros par m2 ;
  • l’ouate de cellulose coûte aux environs de 20 euros par m2 ;
  • le polystyrène coûte entre 5 à 20 euros par m2.

Les aides financières

Pour alléger le poids de votre investissement, pensez aux nombreuses aides publiques inscrites dans le cadre de projet de rénovation énergétique. Vous pouvez amortir le coût total des travaux en optant pour : les subventions de l’Anah, de votre collectivité locale, de la prime énergie, de l’éco prêt à taux zéro, de la TVA à taux réduit de 5,5 % ou du crédit d’impôt à 30 %. L’accès s’opère sous réserve des conditions d’éligibilité. Avant de finaliser votre contrat, pensez à effectuer aussi une petite comparaison des devis de plusieurs prestataires.