Couverts en plastique : échapper à la prochaine interdiction des produits à usage unique en devenant réutilisables

Les fabricants de couverts en plastique tentent de contourner l’interdiction prochaine frappant leurs produits à partir du 1er janvier 2021. Le point sur cette tentative de contournement de la loi !

Pub

Un jeu de mots sur le couvert en plastique jetable et réutilisable

Les produits en plastique à usage unique tels que les couverts en plastique, les touillettes, etc. sont prévus disparaître des rayons au plus tard le 1er janvier 2021, suivant les dispositions de la loi.

Les Français ont été surpris de voir des articles supposés disparaître bientôt, encore en vente, mais cette fois-ci, dans la catégorie des produits réutilisables. Ces articles, anciennement jetables, se sont donc soudainement transformés en « réutilisables » !

C’est ce contre quoi Florence Léchat-Tarery, la secrétaire générale de l’Association Climate Chance s’insurge en citant l’écologiste Aurélien Barreau. Les fabricants tentent tant bien que mal grâce à ce jeu sémantique de contourner l’interdiction qui les vise.

Les cotons-tiges, les couverts en plastique, les pailles, les touillettes, etc., ces produits à usage unique sont certes, prévus disparaître des étals. Mais ils jouent notamment sur le fait que la description d’un plastique à usage unique n’est pas très bien explicitée dans la loi.

Sur quoi repose cette tactique adoptée pour les couverts en plastique ?

Selon un vieux décret, un couvert en plastique peut être considéré comme réutilisable s’il peut résister au moins à vingt passages au lave-vaisselle. En s’appuyant sur cette description, les fabricants ont apporté quelques modifications à la composition de leurs produits pour que ces derniers puissent remplir les critères définis pour la réutilisabilité.

Leonardo Szwarcbarg, le co-gérant de Dart France a expliqué s’en tenir à la loi pour éviter à leurs produits de subir le coup fatal prévu pour le 1er janvier 2021.

Pub

De nombreuses personnalités pensent cependant que tout cela n’est qu’un jeu de dupes. En effet, que les couverts en plastique soient aujourd’hui réutilisables, ne signifie rien en vérité. Personne n’est à l’abri d’un couvert qui se casse lors de son utilisation. Dans ce cas, sa réutilisabilité ne signifie plus rien, il reste un produit à usage unique.

Les couverts en plastique n’ont en réalité, jamais été conçus pour être réutilisables. Ils s’abîment trop vite pour cela.

Il est aussi invraisemblable que l’utilisateur pense mettre au lavage les couverts normalement à usage unique. Ce serait non seulement une perte de temps compte tenu de leur prix. Eh oui ! Leonardo Szwarcbarg le concède aussi, il sera difficile de changer les habitudes concernant la réutilisabilité des couverts en plastique anciennement à usage unique. Une personne qui les a toujours jetés après usage ne pensera certainement pas à les laver vingt fois avant de s’en débarrasser.

Le cabinet de Brune Poirson, le secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique annonce également que l’État n’est pas dupe sur cette tentative manifeste de contournement de la loi effectuée par les fabricants de produits en plastique à usage unique. Il répond que les producteurs n’ont en définitive gagné que quelques mois, car le gouvernement va contre-attaquer en préparant un autre décret redéfinissant les critères précis de la réutilisabilité d’un produit en plastique.

Les industriels ne pourront pas ainsi continuer à faire perdurer des produits reconnus mauvais au lieu d’œuvrer pour la transition écologique.

Pub

Il est toutefois normal que les industriels tentent de contourner ladite loi. Le délai dont ils disposent, notamment s’ils n’ont produit depuis leur création que des articles en plastique à usage unique, est relativement court. Ces fabricants pourraient ne pas réussir à assurer un tel virage pour se positionner en faveur de la transition écologique. Même s’il est probable que ces industriels à l’instar de Dart France, se mettront à produire des articles faits dans d’autres matériaux tels que le bois.