Creil accueillera la plus grande ferme de panneaux solaires de toute l’Europe

D’ici à fin 2022, 550 000 panneaux photovoltaïques seront installés sur 170 ha de terrain issus de la base aérienne. L’objectif principal est de promouvoir les énergies renouvelables, notamment solaires. Le projet est encore à son stade de perfectionnement, pourtant il attire déjà les foudres des élus locaux.

Pub

Une production équivalente à la consommation électrique de 180 000 personnes

Cette ferme photovoltaïque sera l’une des plus importantes de France et d’Europe, souligne la secrétaire d’État aux Armées Geneviève Darrieussecq. Les panneaux solaires produiront l’équivalent de la consommation d’électricité de 180 à 185 000 personnes. La ferme générera un bénéfice étatique qui oscille autour de 70 millions d’euros sur 30 ans. Sa mise en service est attendue en fin d’année 2022.

Ce projet d’envergure se distingue par sa localisation stratégique. Le central sera situé à l’extrême nord de la France, explique David Guinard, directeur général de Photosol. L’énergie qui en résulte sera versée dans le réseau des postes à haute tension de l’agglomération de Creil. Elle approvisionnera directement les habitants.

Une enveloppe de 130 millions d’euros

David Guinard constate l’ampleur du projet. D’ici 3 ans, la ferme solaire figurera dans les 5 « plus grosses en France » et dans les 10 « plus grosses d’Europe », souligne-t-il. Une initiative importante appelle à un budget conséquent. Aussi, la ferme a mobilisé une somme de 130 millions d’euros pour 253 ha, dont 180 ha équipés de panneaux solaires. Ces dispositifs produiront une puissance de 246 mégawatts-crête. Rappelons que la plus grande centrale solaire du pays se trouve à Cestas, en Gironde et génère une puissance installée de 300 MWc.

Pub

La base militaire de Creil au nord de Paris accueille déjà plusieurs activités de la DRM (Direction du renseignement militaire) et assure également le soutien aux opérations aériennes. Cependant, comme la base ne reçoit plus d’avion depuis 2016, les anciennes pistes et leurs périphériques seront recouverts de panneaux photovoltaïques.

Un parc de 2 000 ha disponible

Le ministère des Armées représente le premier propriétaire foncier du gouvernement. Il souhaite contribuer à la transition énergétique. D’ici 2022, il met à disposition 2 000 ha de terrain afin d’y recevoir des programmes de production d’électricité solaire. Les projets s’inscrivent dans le plan interministériel « Place au soleil » avec pour vocation la promotion des énergies renouvelables. David Guinard loue l’initiative en affirmant : « qu’une des difficultés auxquelles on est confronté quand on développe du solaire c’est le foncier ». Sur les 430 ha libres, 253 ha seront destinés au projet, tandis que 180 ha seront réservés à l’installation de 547 panneaux solaires.

73 ha consacrés à la faune et la flore

Le projet présente un côté résolument écologique. La sanctuarisation de quelques 73 ha de terrain permettra la préservation des espèces résidentes du site militaire. Le responsable des Conservatoires d’espaces naturels de Picardie a effectué un diagnostic préalable du terrain. Son enquête fait état de 10 espèces d’orchidées sauvages et d’un papillon très particulier qui habite les lieux. À ces animaux s’ajoutent des oiseaux en forte régression, en l’occurrence : le Pipit farlouse et le Milan royal. En 2023, 800 moutons rejoindront les rangs. Malgré ces points positifs, le projet ne générera aucun profit économique, faute d’emplois.

Pub

Une décision qui prive les lieux d’autres opportunités

Le maire de Creil, Jean-Claude Villemain, condamne toutefois ce projet de grande envergure. Selon lui, la décision « prive le territoire de belles opportunités de développement économique ». En effet, les élus avaient imaginé d’autres perspectives pour cet espace vacant, comme : un aéroport civil d’affaires ou un pôle aéronautique. Ces programmes auraient assurément été générateurs d’emplois. Selon le maire, « l’écologie c’est bien, c’est l’avenir, mais quand on voit le taux de chômage à Creil, il vaudrait mieux se préoccuper du présent ».