Évitez les déperditions de chaleur grâce à l’isolation des combles perdus

La bonne isolation d’une demeure passe incontestablement par l’isolation des combles. Cette partie du logement peut être à l’origine de 30 % des pertes de chaleur. Cela peut avoir un impact non négligeable sur la facture énergétique en période hivernale.

Pub

De même, en saison estivale, les combles sont la partie de l’habitation la plus exposée aux rayons du soleil. C’est alors que la chaleur s’y accumulera et entraînera la réduction du confort thermique dans les pièces. Sans oublier que le dispositif de climatisation devra dépenser davantage d’énergie afin de conserver la température désirée.

En isolant les combles perdus dans les règles de l’art, vous diminuerez considérablement vos factures d’énergie. L’isolation des combles perdus compte parmi les travaux d’économie d’énergie les plus abordables. De surcroît, elle est éligible à certaines aides.

Que sont les combles perdus, et comment les isoler ?

Les combles perdus sont la partie d’un logement qui se trouve juste sous le toit, et qui ne peut pas être occupée en l’état, notamment à cause de sa faible hauteur. Pour la réalisation de l’isolation des combles perdus, le choix des matériaux est vaste, pour ne citer que la laine de verre, le polystyrène extrudé, le polystyrène expansé, la laine de roche… Ces isolants sont connus pour présenter une excellente résistance thermique et une moindre conductivité.

Plusieurs techniques permettent d’isoler les combles perdus, suivant leur configuration. Si l’accès aux combles est plutôt simple, des panneaux isolants posés sur le plancher feront l’affaire. Vous pouvez tout aussi bien choisir d’y installer des isolants en rouleaux. Vous devez cependant vous assurer qu’aucun espace vide ne reste entre les rouleaux quand vous les étalez. De plus, veillez à ne pas bloquer les entrées d’air.

Par ailleurs, s’il est difficile d’accéder aux combles, optez pour la méthode du soufflage. L’isolant le plus couramment utilisé est la laine de roche. Elle est alors directement soufflée au-dessus du plancher jusqu’à ce qu’elle couvre toute la surface.

Pub

Avant de vous procurer un isolant, pensez à demander l’avis d’un professionnel, qui saura quels matériaux conviennent le mieux à vos combles. Enfin, il est à préciser que l’isolation des combles perdus ne requiert aucun entretien. Toutefois, si par exemple une fissure se présente sur votre toit, il vous faudra probablement remplacer les matériaux isolants.

L’intérêt d’isoler les combles perdus d’une maison

Grâce à l’isolation des combles perdus, le niveau thermique d’une habitation est correctement régulé au cours de l’année. Ainsi, les dépenses énergétiques sont amoindries. Cela peut générer des économies substantielles, tant pour le chauffage que la climatisation.

En outre, bien isoler les combles perdus garantit une excellente isolation phonique de votre maison. Dernier point, et non des moindres, l’isolation de cette partie de votre résidence peut accroître sa valeur, si jamais vous projetez ultérieurement de la vendre. Bref, cette opération offre une réelle économie sur les factures énergétiques et un confort thermique plus qu’appréciable toute l’année.

Dans tous les cas, bien que l’isolation des combles perdus soit une tâche relativement aisée, il est fortement recommandé de solliciter les services d’un professionnel, qui pourra respecter les normes en vigueur, telles que la réglementation thermique RT2012.

Quel est le coût de travaux d’isolation des combles perdus ?

L’isolation des combles perdus est un investissement à long terme que vous pourrez amortir sur la baisse de vos factures d’énergie. D’ailleurs, ce travail est peu cher. Mais son coût est déterminé par divers critères parmi lesquels figure la technique adoptée, les matériaux isolants employés, mais aussi la qualité du travail: recourir ou non à un spécialiste.

Pub

Ainsi, le prix du mètre carré d’isolant peut aller de 7 à 36 euros. Il est à noter que la laine de roche est le matériau isolant le moins onéreux. Et pour réduire au maximum les coûts de vos travaux, vous pouvez aspirer à différentes aides, en l’occurrence le crédit d’impôt, l’ANAH, la prime énergie ou encore l’écoprêt à taux zéro.