Fonctionnement, avantages, types et installation d’un système solaire combiné

Le système solaire combiné figure parmi les installations œuvrant dans la transition énergétique. Ce système 2 en 1 permet de produire le chauffage et l’eau chaude dans une habitation. Son installation doit être qualitative, mais surtout adaptée au bâtiment. Découvrez ce qu’il faut savoir sur l’installation d’un système solaire combiné.

Pub

Pourquoi choisir un système solaire combiné ?

Le système solaire combiné est un investissement domestique très apprécié. Il s’agit d’un équipement performant qui présente de nombreux avantages en termes de polyvalence et d’économies d’énergie.

Un système 2 en 1 : chauffage et eau chaude

Le système solaire combiné ou SSC fait partie des installations en énergie renouvelable basée sur l’énergie solaire. Il permet de bénéficier d’une production abondante en eau chaude, mais également d’assurer le chauffage de la maison par le biais d’une installation unique.

Le SSC ressemble visiblement à un chauffe-eau solaire. D’ailleurs, il reprend des caractéristiques similaires. Sa particularité repose sur la capacité des capteurs solaires à tirer de l’énergie solaire thermique pour assurer un bon chauffage et une production d’eau chaude au sein d’un bâtiment.

Un système économique et écologique

Le système solaire combiné utilise une ressource gratuite et inépuisable pour produire de l’énergie. Comme toute énergie renouvelable, il contribue à la protection de l’environnement en limitant la propagation de gaz à effet de serre.

Par ailleurs, il s’agit d’un système solaire autonome qui permet de réduire au minimum les factures d’énergie liées au chauffage et à l’eau chaude. Comme le chauffage représente l’usage le plus important en électricité, cet investissement permet de réaliser un maximum d’économie.

Comment fonctionne un système solaire combiné ?

Un système solaire combiné s’apparente à vue d’œil à un ensemble de panneaux solaires photovoltaïques, qui sont en réalité des capteurs solaires.

Ces derniers captent l’énergie thermique transmise par les rayonnements solaires et la transmettent à un fluide caloporteur, contrairement à l’énergie solaire photovoltaïque qui est directement transformée en électricité.

Le fluide caloporteur permet, soit de diffuser la chaleur pour les besoins en chauffage, soit de produire de l’eau chaude grâce à un échange de chaleur.

Le SSC peut être utilisé soit en chauffage solaire d’appoint, soit en équipement principal de chauffage. Dans ce cas de figure, il est obligatoire d’avoir un autre équipement susceptible de prendre le relais lorsque les rayonnements du soleil sont faibles. Il peut s’agir d’une chaudière à base de fioul domestique, d’une chaudière à bois ou encore d’une chaudière à gaz.

Quel système solaire combiné choisir ?

En fonction du type d’installation choisi, il existe deux types de système solaire combiné : le SSC à hydroaccumulation et le SCC à plancher chauffant.

Pub

Le système solaire combiné à hydroaccumulation

Ce système nécessite un ballon de stockage d’eau chaude solaire qui reçoit directement la chaleur produite par les capteurs. Pour le chauffage de la maison, deux possibilités s’offrent à vous :

  • un chauffage d’appoint intégré : le ballon de stockage est relié à une chaudière ou une pompe à chaleur. Le relais se déclenche automatiquement en cas de mauvais ensoleillement ;
  • un chauffage d’appoint séparé : le second équipement de chauffage doit être mis en route manuellement lorsque le rayonnement est à faible puissance.

Le système solaire combiné à plancher chauffant

Contrairement au premier type, ce système ne nécessite pas de ballon de stockage d’eau. Le fluide caloporteur est directement relié à un réseau de tuyauterie sous le plancher de la maison, permettant le chauffage de votre habitation.

Quels travaux pour l’installation d’un SSC ?

Comme pour tout investissement lié aux énergies renouvelables, il est important de bien étudier, en premier lieu, votre location. Il s’agit principalement d’analyser l’ensoleillement, afin de déterminer la rentabilité de votre futur investissement. Cette analyse va définir le meilleur endroit, la meilleure orientation et la parfaite inclinaison pour exposer les capteurs solaires.

L’opération est généralement installée sur le toit de votre maison, mais vous pouvez aussi envisager un panneau solaire de jardin, tant que les conditions sont bien respectées. Selon le type de SSC choisi, les travaux sont différents.

Pour un SSC à hydroaccumulation, les plus grandes tâches consistent à placer le ballon de stockage d’eau chaude et de réaliser les raccordements. Grâce à sa simplicité, ce type d’installation est conseillé lors d’une rénovation.

Quant au SCC à plancher chauffant, son installation est recommandée lors de la construction d’une maison neuve. En effet, elle nécessite de travaux importants. Dans les deux cas, vous devez disposer d’un circuit de chauffage central auquel relier votre fluide caloporteur.

Pourquoi faire appel à un professionnel ?

Le fonctionnement du système solaire combiné paraît simple, mais son installation est complexe et stratégique. Ainsi, pour installer un SSC, l’intervention d’un professionnel est recommandée.

À moins d’avoir des compétences sur le sujet, il est compliqué d’étudier les notions reliées à l’ensoleillement, dont la puissance du rayonnement solaire (w/m2) ou encore le coefficient k solaire thermique.

En ce qui concerne les étapes de pose, votre système doit être bien réglé pour que ses performances soient optimales. Dans le cas contraire, votre objectif d’économie d’énergie sera difficilement atteint.

En plus d’une installation de qualité, faire appel à un professionnel certifié peut vous faire bénéficier de différentes aides et subventions, notamment MaPrimeRénov, l’éco-PTZ ou encore la prime Coup de Pouce Économies d’Énergie. Sans les aides financières, le prix de ce système, installation incluse, peut coûter entre 13 000 € et 25 000 €.

Pub

Les travaux d’entretien sont également importants et doivent être effectués par un professionnel. Ils concernent les dépannages, l’entretien annuel et le contrôle obligatoire de l’équipement (qui doit s’effectuer tous les 5 ans). La meilleure option pour faire plus d’économie est de choisir un installateur proposant des services après-ventes.