Installation d’un insert de cheminée

Tous les moyens sont bons pour produire de la chaleur et économiser de l’énergie. Si vous utilisez une cheminée à foyer ouvert en guise de moyen de chauffage, pensez à accroître son efficacité à 70 % en y ajoutant un insert. Voici les étapes à entreprendre pour son montage.

Pub

Les contraintes préalables à l’installation de l’insert de cheminée

L’insert de cheminée trouve sa place au niveau de l’âtre. Sa fonction première est d’aspirer l’air froid pour ensuite le réchauffer et le répandre à travers la pièce.

Un insert avec ou sans raccordement ?

Le montage de l’insert cheminée soulève un choix entre un foyer-insert (insert raccordé) ou un insert sans raccordement. Dans le premier cas, le dispositif doit être suffisamment aéré afin de garantir la combustion. Vous pouvez réutiliser l’amenée d’air existant du foyer ouvert, localisée dans la pièce. Vérifiez l’absence de dépôts de suie ou de bistre sur les parois. Pensez à l’installation d’une turbine de ventilation afin de garantir une répartition homogène de la chaleur.

Dans le cas d’un insert sans raccordement, le principe reste le même. La façade de l’insert consomme l’air destiné à la combustion. L’opération exige une netteté des parois et de la cheminée ouverte. Après le nettoyage, le contrôle d’un professionnel s’impose pour confirmer la faisabilité de l’opération.

La visite technique préalable

Avant l’installation de l’insert dans la cheminée, le professionnel effectue une évaluation complète de la cheminée. Il détermine l’ampleur des travaux à entreprendre suivant les spécificités de la cheminée. Il inspecte la compatibilité de l’insert au conduit d’évacuation. Rappelons que les fumées d’un insert semblent plus chaudes (jusqu’à 400 °C) à celles d’un feu de cheminée dans un foyer ouvert. Une telle température supérieure conduit à un remplacement fréquent du conduit d’évacuation.

Le professionnel vérifie ensuite l’étanchéité du conduit d’évacuation des fumées. Profitez de son passage pour demander un ramonage. Le tubage sera inévitable si les conduits révèlent des signes d’usure. Pour rappel, la technique se résume à la pose d’un tube métallique pour protéger les conduits de la chaleur intense de la fumée de l’insert. À défaut de tubage, une remise en état s’impose (en le recouvrant d’enduit).

Les étapes de l’installation de l’insert de cheminée

Admirer le feu qui étincelle, profiter d’une chaleur agréable, bénéficier du confort thermique sont autant de raisons d’enclencher des travaux d’installation d’insert cheminée. Voici comment y parvenir.

L’isolation du bâti de la cheminée et la liaison entre l’insert et le tubage du conduit de cheminée

Pour isoler le bâti de la cheminée, munissez-vous de panneaux isolants en laine de roche, d’un rouleau de bande adhésive, d’une colle pour isolant haute température et de rails en aluminium. Posez les plaques d’isolant incombustibles et fixez-les à l’aide de la colle. Effectuez les jointures avec la bande aluminium. Dans un souci de sécurité, aménagez une chambre de décompression, avec l’aide d’un installateur d’insert cheminée.

Pub

Puis arrive la liaison entre l’insert et le tubage du conduit de cheminée. La tâche nécessite un raccord à collier à griffes compatible au tubage existant. Mettez le tubage de 15 à 18 cm sur l’orifice d’évacuation de l’insert. Utilisez le collier à griffes pour accoler ces 2 éléments.

Les aérations pour l’insert

Cette étape demande quelques équipements, à savoir :

  • 4 grilles d’aération ;
  • 2 grilles de sorties d’air chaud ;
  • 2 grilles de décompression ;
  • un niveau à bulles ;
  • une perceuse-visseuse ;
  • un mètre ;
  • une scie à guichet.

Pour l’arrivée d’air, déposez 2 grilles d’aération intérieur et extérieur sur le mur à proximité de l’insert. Dessinez une petite ouverture rectangulaire dans la chambre de décompression au moyen de la scie. Placez-y la grille de décompression et tracez une autre ouverture, cette fois, sous la chambre. Vissez la grille de diffusion d’air. Recommencez l’opération pour chaque côté de la cheminée. Recontactez le professionnel pour certifier la fonctionnalité de votre installation.

Les points à surveiller au cours de l’installation

Tout au long des travaux, les murs porteurs et les cloisons autour de l’appareil méritent une vérification à part. Isolez-les au moyen d’une laine de roche à l’épreuve de la chaleur. Cette précaution participe au réchauffement de l’air dans le foyer de l’insert et réduit, en même temps, la déperdition de chaleur.

Assurez-vous de la hauteur des grilles de ventilation, au risque d’engendrer une répartition inégale de la chaleur. Cependant, évitez le contact entre les grilles et le plafond au risque d’altérer celui-ci. Séparez-les d’une distance minimale de 30 cm. Pour vous épargner les poses chronophages, vous pouvez vous orienter vers les inserts prêts à poser.

L’entretien d’un insert de cheminée

Sa capacité de conservation en fait un équipement pratique. L’entretien se fait donc rare, car les cendres sont piégées à l’intérieur du foyer fermé. Le système parfaitement sécurisé ne manifeste aucun risque de projection de particules enflammées, pourvu que la vitre reste close. Cette dernière nécessite d’ailleurs un petit rituel de nettoyage occasionnel au moyen d’un papier journal imprégné de cendres froides. En parallèle, purifiez les parois avec une brosse et des détergents.

Pub

La combustion se déroule sans encombre et le feu se conserve, même sans intervention de votre part.