Interdiction de l’utilisation des contenants jetables dans la restauration rapide

D’après les dernières informations, l’utilisation des contenants jetables pour la consommation sur place sera bientôt interdite dans la restauration rapide en France. Cette décision a été prise conformément au projet de loi qui se rapporte à l’économie circulaire et à la lutte contre le gaspillage. Ce dernier a été étudié à l’Assemblée nationale en séance plénière depuis le 9 décembre, et ce, jusqu’au 19 décembre 2019. Les détails sur le sujet.

Pub

Amendement adopté à l’égard de la restauration rapide

Alors que le projet de loi portant sur l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage a été examiné, les élus de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale ont voté un amendement qui prendra effet le 1er janvier 2023. Ce, en vue de contraindre les fast-foods à utiliser des gobelets, contenants et assiettes réutilisables pour servir les boissons ainsi que les repas commandés par les consommateurs sur place. Cela est également valable pour les couverts.

Selon les députés, le principal but de cet amendement est de limiter dans la mesure du possible l’usage de matière plastique, mais aussi l’accumulation des déchets. En ce moment en France, la consommation de la population hors foyer, et en particulier dans la restauration rapide, reste considérable. Ainsi, l’objectif de l’amendement est avant tout de réduire la production et l’emploi d’emballages à usage unique dans l’hexagone.

Le Décret 5 Flux, pas encore respecté par toutes les enseignes

Cela fait quelques mois déjà que le ministère de la Transition écologique et solidaire, de même que les organismes de protection de l’environnement ont la restauration rapide dans le collimateur. Et pour cause, un grand nombre de professionnels œuvrant dans ce secteur semble traîner des pieds quant à la mise en pratique des dispositions du décret concernant le tri des déchets.

En 2016, un arrêté a été prescrit afin d’obliger les entreprises à respecter le tri 5 flux, qui consiste à regrouper les emballages en métal, en verre, en carton ou papier, en bois et en plastique dans cinq poubelles différentes. Depuis que ce décret a été promulgué, près de quinze enseignes se sont fait prendre par Brune Poirson, la secrétaire d’État. Le 31 décembre prochain, l’objectif est que 7 restaurants sur 10 respectent le tri 5 flux et 9 sur 10 à la fin de l’année 2020. Le 31 décembre 2021, tous les restaurants devront s’y plier.

Pub

Le Syndicat national de l’Alimentation et de la Restauration Rapide ou SNARR indique que les enseignes font actuellement de leur mieux pour instaurer le tri 5 flux dans leurs locaux, et ainsi se conformer aux dispositions prises par le gouvernement.

Des conséquences non négligeables quant au fonctionnement des fast-foods

Certains professionnels de la restauration rapide précisent que l’utilisation de plats, contenants, couverts et verres réutilisables pourrait totalement chambouler leur système interne. De plus, le nettoyage de ces ustensiles sera plutôt compliqué à mettre en place, sachant que cela pourrait nécessiter le recrutement d’employés supplémentaires. De surcroît, il pourrait se révéler difficile d’assurer la rotation de la vaisselle quand les commandes seront nombreuses.

Cela pourrait en outre grandement changer le mode de fonctionnement des fast-foods qui proposent leurs produits dans des emballages jetables. Et ce, que les consommateurs mangent sur place ou qu’ils emportent leurs commandes. Ce concept a été mis en œuvre afin de faciliter la tâche à la clientèle.

Pub

Mais à ce jour, la stabilité économique de ces établissements, lesquels sont réputés pour leurs prix abordables, pourrait connaître un certain déséquilibre. En effet, retourner vers un service à table pourrait avoir un impact significatif sur le prix du menu. Une question se pose alors : qu’en sera-t-il de l’avenir de la restauration rapide ? Survivrait-elle à ce changement ?