Le « zéro plastique » : est-ce vraiment une idée judicieuse ?

Récemment, l’Assemblée Nationale a voté un amendement dont l’objet est l’interdiction de la vente d’emballages plastiques jetables à l’horizon 2040. Cela a suscité plusieurs réactions tantôt positives, tantôt négatives. Mais est-ce réellement judicieux ? Faut-il totalement bannir le plastique de la vie de tous les jours ? Si certains sont en faveur de cette décision, d’autres ne le sont pas. Petit tour d’horizon.

Pub

Le plastique : des années 60 jusqu’à ce jour

Dans le courant des années 60, le plastique était considéré comme un véritable progrès par de nombreuses générations. Le plastique est une matière robuste, légère et dont le prix est des plus abordables. Pouvant se décliner à l’infini, il a progressivement gagné du terrain. Il a alors été utilisé pour la fabrication de jouets, d’accessoires de mode, de mobiliers et même de certains équipements indispensables dans la construction. Bref, le plastique est partout.

Très vite, le recyclage du plastique a été au cœur de toutes les préoccupations. Vers 1970, les premiers appels à l’aide se font entendre. Cependant, la société de consommation ne s’en tiendra qu’à quelques gesticulations, et les plastiques à usage unique, les plastiques jetables envahissent chaque coin de rue. Et cela se poursuivra jusqu’à ce qu’un continent de déchets plastiques voie le jour au sein du Pacifique Nord, un lieu beaucoup plus étendu que l’hexagone.

Dans le monde, près de 350 millions de tonnes de plastique sont produites et utilisées. À elle seule, la France en produit environ 6 millions de tonnes et en exporte 1 million, voire plus. Force est de constater que le plastique a pris une place non négligeable dans la vie quotidienne, tant pour les industriels que pour la société de consommation. Mais si cette situation persiste, où mènerait-elle ?

Baisser l’utilisation du plastique : un impératif

Une chose est sûre, il est plus qu’essentiel de diminuer l’emploi du plastique. Si nous nous tournons vers les images de ces animaux terrestres et marins envahis par les déchets plastiques, il est clair que le plastique est un fléau et que son usage doit être revu à la baisse, pour le bien de tous.

De plus, les quantités de plastique produites sont telles que les filières de recyclage ne sont plus à même de s’en charger en totalité. Des déchets plastiques se retrouvent ainsi jetés dans la nature. Ce qui est loin d’être avantageux pour la protection de l’environnement.

Pub

Il faut de ce fait obligatoirement réduire la consommation de plastique et notamment des plastiques à usage unique. Le pire demeure l’emballage, qui constitue 45 % de l’utilisation du plastique. Pour remédier à cela, certains suggèrent d’inscrire dans le projet de loi portant sur l’économie circulaire et le gaspillage l’interdiction de la vaisselle jetable.

Pour limiter l’emploi des emballages et de la vaisselle jetable, les acteurs de la restauration rapide devraient déjà les supprimer quand ils servent sur place. Cela pourrait baisser leur utilisation de moitié. Si nous prenons l’exemple du géant McDonald’s, cela s’élèverait à 50 tonnes d’emballages inutilisés par jour.

Réduire l’usage du plastique, mais pas jusqu’à le supprimer

Selon le président de la Fédération de la Plasturgie et des Composites, Benoît Hennault, si le monde est dépourvu de plastique, cela pourrait empirer l’empreinte environnementale. Dans la perspective d’éliminer complètement le plastique, il est nécessaire d’établir les conditions d’une économie circulaire.

Aussi, une planète « terre » sans plastique, cela signifierait la fin des fenêtres en PVC, des seringues à emploi unique, des pales pour les éoliennes ou des implants osseux. En d’autres termes, cela reviendrait une fois encore à accroître l’empreinte environnementale.

Pub

Et ce n’est pas tout : si le plastique est remplacé par d’autres matériaux, comme le carton ou le verre, cela augmenterait les émissions de CO2 qui proviennent de ces matériaux, de même que la quantité des emballages à manipuler. Bref, un monde avec « Zéro plastique » n’est pas envisageable.