Le plastique végétal, la solution miracle pour venir à bout du plastique habituel ?

Le nombre de consommateurs séduits par des arguments écologiques ne cesse d’augmenter. C’est d’ailleurs pour mieux les séduire que les industriels et marchands ont sorti une nouvelle arme : le plastique végétal. Remplit-il toutefois, toutes ses promesses ?

Pub

Les promesses du plastique végétal

Le plastique végétal est conçu soit totalement ou en grande partie dans un matériau d’origine végétale tel que la bagasse de canne à sucre, l’amidon de maïs, la bagasse d’algues. D’origine naturelle, il possède une biodégradabilité élevée et peut être composté. Il est aussi promis être facilement recyclable.

Aussi appelé biosourcé, c’est-à-dire issu de la biomasse, ce plastique végétal n’a pas encore réussi à percer dans le milieu des emballages ménagers en plastique des Français. Ce qui va sans aucun doute changer d’ici peu grâce à la prise de conscience environnementale de chacun.

La plastique végétal est-il moins agressif pour l’environnement ?

Les industriels ne cessent de chercher des alternatives au plastique classique accusé d’être parmi les causes de la dégradation de l’environnement actuel. Le plastique végétal semble être la solution miracle qui va enfin mettre un terme à l’utilisation du fameux plastique d’antan. Toutefois, il semble que ce plastique biosourcé ne serait pas aussi écologique qu’on puisse le penser.

La culture à grande échelle de la matière végétale dans laquelle il est conçu, présente des risques pour l’environnement. Cela nécessiterait un usage d’une plus grande quantité de produits phytosanitaires, une diminution des terres pour la culture vivrière ainsi qu’un risque de défrichement débridé.

Si le plastique biosourcé est cependant, fabriqué à partir de déchets végétaux, il serait très favorable à l’environnement. Ce serait aussi un très bon moyen de valoriser les déchets de l’industrie agro-alimentaire.

Il est toutefois à rappeler que ce ne sont pas tous les produits qui ont le préfixe « bio » dans leur dénomination qui proviennent d’une culture biologique et/ou qui n’agressent pas l’environnement.

Le plastique végétal peut-il vraiment être recyclé ?

La capacité de ce plastique à être recyclé, dépend du type de résine qui le constitue. Le pétro- matériau composant les bouteilles en plastique classique, est identique au PET qui constitue le plastique biosourcé. Ces deux molécules sont identiques, ils sont tous les deux recyclables.

Pub

Par contre les bouteilles en PLA, ou acide polylactique ne le sont pas. Elles doivent être incinérées après usage et ne peuvent pas être mélangées avec les objets en PET, d’où la nécessité d’un tri qui augmente les coûts.

Est-il biodégradable, compostable ?

La mention « biodégradable » inscrite sur les bouteilles en PLA, ne signifie pas qu’elle peut se dégrader toute seule dans la nature. Il lui faut des conditions ne pouvant être atteintes qu’en industrie pour qu’elles se dégradent.

Pour identifier le plastique biodégradable, il faut rechercher le label « OK Home compost ». Ce label garanti par une société autrichienne et reconnu dans toute l’Europe, indique qu’un plastique donné est biodégradable voire compostable.

Il désigne le plastique fait dans du PHA, des biopolyester et/ou des agro-polymères.

Le plastique végétal est-il aussi végan ?

Les bouteilles faites dans du plastique végétal dit aussi végan. Cette dénomination indique qu’elles ont été fabriquées sans aucune molécule de pétrole, ce dernier résultant de la décomposition de matières organiques, certaines animales.

Il faut cependant retenir que même si ces bouteilles ne sont constituées que de molécules végétales, elles n’en sont pas pour autant automatiquement respectueuses de la nature. Dans une production à grande échelle, l’environnement en pâtit toujours. Il est donc essentiel que ce plastique soit fabriqué à partir de déchets végétaux soigneusement choisis pour être tout à fait écologique.

Pub

Quoiqu’il en soit, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) a déjà assuré être favorable au développement et à la production de quelques polymères biosourcés. Ces produits étant susceptibles de devenir dans un avenir proche, la solution aux problèmes environnementaux actuels et futurs.