Les dangers pour la santé de la pollution de l’air par le diesel

Les voitures utilisant le gas-oil en guise d’énergie présentent 5 fois plus de risque de pollution de l’air qu’un véhicule à essence. En plus d’impacter sur la qualité de l’environnement, ce carburant constitue un produit cancérigène. Voici ce qu’il faut retenir de ce liquide.

Pub

Le danger du gazole sur la santé

L’Organisation Mondiale de la Santé a catégorisé le diesel comme étant cancérigène en 2012. L’année suivante, elle également établie que la pollution de l’air provoque le cancer. Ce classement a encouragé Jean Kervasdoué à réaliser une étude sur le sujet.

Une déclaration fausse

L’économiste de la santé française a affirmé le 12 novembre 2019 que le gazole ainsi que la pollution de l’air ne peuvent être cancérigènes qu’à quelques conditions. Il a souligné que leur aspect oncogène est effectif à forte dose et chez les personnes fumeurs. Cette même affirmation a été soutenue par un pneumologue français spécialiste des maladies respiratoires en mars 2016. Cependant, ces déclarations sont erronées, car un individu qui fume encourt un risque de cancer même s’il n’est pas exposé à une forte pollution d’air causé par le gazole. Chez les personnes non-fumeurs, le danger demeure présent si elles s’exposent à une pollution d’air due au gas-oil.

La réalité sur le diesel et le cancer

J. Kervasdoué a ensuite modifié ses affirmations quelques semaines plus tard. En effet, l’économiste a mentionné qu’une exposition au gazole durant 15 années de suite augmente le risque de cancer du poumon. Cette théorie concerne les mineurs non-fumeurs. Depuis cette nouvelle déclaration, d’autres études similaires ont prouvé qu’une exposition à long terme au gas-oil et à la pollution accroit le danger imminent d’un cancer du poumon. Ce fléau touche aussi bien les individus non-fumeurs que les fumeurs.

Les principaux éléments responsables de la pollution de l’air

Les premiers responsables de la pollution de l’air et du cancer sont principalement concentrés dans les zones urbaines, en l’occurrence, dans les emplacements à fort trafic.

Pub

Le benzo(a)pyrène

Ce n’est pas le gazole à proprement parler qui cause la pollution de l’air et donc ne représente pas le danger principal, mais ses composants. Effectivement, le carburant demeure le principal émetteur de benzo(a)pyrène. Rappelons que ce produit est interdit de manipulation dans les laboratoires en raison de ses caractéristiques cancérigènes. Il est cependant présent dans les cigarettes, ce qui a permis aux chercheurs en 1996 de classer ce produit comme nuisible à la santé. Soulignons également que ce n’est pas la dose, mais la durée d’exposition qui accroit les chances de contracter une maladie cancérigène. Ainsi, un professionnel (un garagiste, un mécanicien, un chauffeur de poids lourd…) présente plus de risque que la population en général.

Les autres éléments polluants

Outre le benzo(a)pyrène, d’autres polluants représentent des substances cancérigènes, en l’occurrence :

  • Les métaux lourds
  • Le formaldéhyde
  • Le butadiène

Ces substances sont localisées en ville, dans les zones affligées d’un fort trafic routier. Elles peuvent également être implantées dans le tabac. C’est pourquoi le gas-oil et le tabac présentent les mêmes conséquences sanitaires : maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires et cancer.

Pub

L’usage des filtres à particules

Pour amenuiser les risques mortels, des filtres à particules sur les pots catalytiques ont été mis en place. Cependant, cette mesure n’a réduit que partiellement les émissions de substances toxiques dans l’air. Rappelons que le benzo(a)pyrène peut se présenter sous forme gazeuse, ce qui rend le filtre inutile. Il est capital de noter que ce produit n’est pas l’unique substance émanant du gas-oil qui impacte sur la santé. Le carburant génère également du dioxyde d’azote. Il s’agit d’un gaz toxique qui agresse les poumons ainsi que le système cardiovasculaire.