L’Île-de-France se lance-t-elle dans la méthanisation ?

La revalorisation du biogaz se développe progressivement sur le territoire français. Un fonds de soutien a été créé en février 2020 pour atteindre un objectif d’usage de gaz vert à 100 %. Le jeudi 28 mai, Cap Vert Energie et Île-de-France Energies ont aussi dévoilé la concrétisation de leur projet. Il s’agit de la construction d’une usine de méthanisation unique en France.

Pub

Création d’une unité-clé de valorisation des biodéchets

Equimeth est une usine de méthanisation territoriale. Elle sera localisée à Moret-Loing-et-Orvanne, en Seine-et-Marne. Elle est le fruit d’une fructueuse collaboration entre Île-de-France Energies (opérateur de la transition énergétique de la région Île-de-France) et le groupe Cap Vert Energies (CVE). Ces 2 entités estiment qu’elle sera « une unité-clé qui permettra de valoriser les biodéchets de la région ». L’initiative s’inscrit dans le développement de la filière méthanisation.

Le projet a été élaboré depuis 2008 et profite du soutien financier de la Région qui se traduit par une enveloppe de 900 000 euros. À cette somme s’ajoutent 680 000 euros de la part de l’Ademe Île-de-France et de 640 000 euros du Fonds européen FESI.

L’unité sera en mesure de traiter 25 000 tonnes de biodéchets provenant des restes des restaurants, des centres équestres, des cantines et des industries agroalimentaires. Il génèrera un approvisionnement de 250 Nm3 de biométhane au sein du réseau GrDF. Cette production répondra aux besoins en gaz de 4 000 habitants. Sa mise en service est estimée au deuxième semestre 2021, tandis que l’injection de biométhane commencera en fin 2021.

Le biométhane renouvelable pour approvisionner l’Île-de-France

La production d’énergie verte locale et stockable, tel est l’objectif principal de ce projet d’envergure. Rappelons qu’il a été initié en 2008 par la Réserve de Biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais ainsi que de la Communauté de Communes de Moret Seine-et-Loing avant d’être repris par CVE en 2017.

Pub

En outre, le produit finit sera versé dans les communes de :

  • Moret Loing et Orvanne ;
  • Thomery ;
  • Champagne sur Seine ;
  • Avon et Fontainebleau ;
  • Saint-Mammès.

Concrétisation d’une attente forte de la région

Selon le responsable biogaz du territoire Centre – Nord de CVE, Charles Deschamps : « ce projet est la concrétisation d’une attente forte de la région Île-de-France et du Sud Seine-et-Marne ». Il qualifie l’initiative d’une marche vers l’autonomie énergétique du territoire, un objectif de la région Île-de-France.

Le Président du Conseil de Surveillance d’Île-de-France Energies et Conseiller régional, Benjamin Chkroun, félicite l’initiative et loue la participation d’Île-de-France Energies. Il considère que : « c’est l’aboutissement d’un formidable projet bénéficiant à tous les acteurs du territoire ». Il souligne ses avantages futurs en l’occurrence : une meilleure gestion des déchets, une création de filières locales, un amenuisement du gaz à effet de serre.

Le biométhane au cœur de la transition énergétique

Dans un esprit écoresponsable, le groupe CVE s’est mobilisé pour le développement du biométhane depuis 2014. Cette énergie verte participe à la dynamique d’économie circulaire. Elle englobe la revalorisation des déchets organiques, la production de gaz verte et la revalorisation du digestat (un produit dérivé de la méthanisation). Ce dernier fait à la fois office d’engrais et de fertilisant. Le groupe s’est donné pour mission d’atteindre une puissance gaz de 80 MW et de valoriser 700 000 tonnes de biodéchets chaque année.

Pub

Par ailleurs, le produit fini sera réinjecté dans les réseaux de gaz à des fins de consommation ou utilisé dans la mobilité décarbonnée.