Quelle pompe à chaleur choisir ?

La pompe à chaleur ou PAC est un équipement de chauffage utilisant les énergies renouvelables recueillies à l’extérieur d’un logement : eau, sol, air. A même de diffuser de la chaleur et en même temps de rafraîchir une pièce, ce dispositif peut aussi bien servir de chauffage que de climatiseur. Permettant de réduire l’émission de gaz à effet de serre, il peut également diminuer les dépenses en matière de chauffage. Il existe différents types de PAC : géothermiques, air-air, air-eau… Mais laquelle acheter ? Les détails sur le sujet.

Pub

Ce qu’il faut savoir sur la PAC air-eau

La pompe à chaleur air-eau puise l’énergie thermique de l’air extérieur afin de chauffer l’eau qui circule au sein du mécanisme de chauffage central de la maison. Le liquide alors très froid soutire l’énergie accumulée dans l’air, et ce, été comme hiver. Lorsqu’il est réchauffé, le liquide se transforme en gaz, qui chauffe puis est acheminé vers le circuit de chauffage de la maison. C’est ainsi qu’il se répandra dans les pièces de la demeure pour les chauffer. Il est conseillé d’employer la PAC air-eau avec une chaudière.

Ce type de PAC détient plusieurs avantages. Il peut se charger de la production d’eau chaude sanitaire. De plus, la PAC air-eau permet d’alimenter un plancher chauffant ou un dispositif de chauffage central. En fonction des performances du matériel de chauffage déjà installé dans le logement, l’ajout d’une PAC air-eau peut considérablement baisser la facture d’électricité.

L’installation de la PAC air-eau permet de profiter de diverses aides en 2019 : les primes CEE, l’éco-prêt à taux zéro, les subventions de l’ANAH, la TVA à 5,5 %, les allocations régionales et le Crédit d’impôt transition énergétique ou CITE, sous certaines conditions.

Quid de la pompe à chaleur air-air ?

La PAC air-air est constituée de deux éléments. Celui de l’extérieur prélève les calories contenues dans l’air. Elles sont ensuite emmagasinées dans un liquide frigorigène pour être transmises dans la maison grâce à l’élément intérieur.

Pub

L’efficacité de la PAC air-air est relative à la température extérieure. Ses performances sont satisfaisantes jusqu’à -15°C. Pour une habitation située en région tempérée où il fait la plupart du temps très froid, il est recommandé de choisir un chauffage d’appoint afin de compléter la PAC air-air. En revanche, si la résidence est implantée dans une zone particulièrement chaude, la PAC air-air saura parfaitement rafraîchir en période estivale.

Sous certaines conditions dépendant de paramètres techniques, la PAC air-air peut être éligible à la Prime CEE. Toutefois, son installation ne permet pas de jouir de l’éco-PTZ et de CITE.

Qu’en est-il de la pompe à chaleur géothermique ?

La PAC géothermique capte les calories du sol. Le capteur de chaleur extrait les calories de la terre ou depuis une nappe d’eau souterraine. Suivant le dispositif adopté, le prélèvement se réalise à 0,6 mètre voire à 100 mètres en dessous du sol.

La pompe à chaleur géothermique soutire la chaleur emmagasinée dans le sol. Sa mise en place nécessite un sol d’une superficie assez grande. Il est à noter que ce sol ne sera pas cultivable. Pour un prélèvement vertical, il faudra un sol relativement vaste. Concernant le prélèvement horizontal, la surface du sol doit être 1,5 fois plus élevée que la superficie à chauffer.

Pub

L’installation de la PAC géothermique se révèle plutôt onéreuse, étant donné que la canalisation requiert très souvent des travaux de terrassement et de forage. Heureusement, en 2019, des aides peuvent être octroyées pour financer la mise en place de ce type de PAC. Son installation permet en effet de prétendre à la TVA à un taux de 5,5 %, à l’éco-PTZ, à la Prime CEE et au Crédit d’impôt transition énergétique.