Recyclage de plus de 5 000 tonnes de panneaux solaires usagés par la France

La France a pu recycler plus de 5 000 tonnes de panneaux solaires usagés sur tout son territoire par le biais de PV Cycle France. Cette collecte effectuée en 2019 dont environ 200 tonnes proviennent des territoires d’Outre-mer, représente à peu près 280 000 panneaux usagés. Leur recyclage et valorisation seront faits à environ 95 %.

Pub

Une usine de recyclage située en plein centre de la France

L’arrêté européen 2002/96/CE concernant les déchets d’équipements électriques et électroniques oblige les fabricants ainsi que les importateurs de ces produits de les collecter et les recycler lorsqu’ils sont en fin de vie. La révision apportée à cet arrêté en 2012 a inclus les panneaux photovoltaïques parmi les produits concernés.

L’association PV Cycle a été ainsi mise sur pied au niveau européen pour assumer cette responsabilité. Sa branche française sise dans les Bouches-du-Rhône se charge de cette obligation au niveau de la France.

Le traitement des panneaux en fin de vie est réalisé dans l’usine de Véolia implantée à Rousset. Située en plein cœur de la région d’Aix-en-Provence, cette usine est un spécialiste du traitement de déchets de tels équipements.

Les panneaux sont broyés et ses éléments sont désassemblés : le verre, le cadre en aluminium, le boîtier de raccordement, les câbles de connexion sont séparés les uns des autres. Le triage de ces éléments se fait ensuite en les passant dans quelques cribleurs successifs, sur des tables densimétriques et par triage optique. Le reste ainsi trié est alors redirigé vers les filières industrielles correspondantes.

Pub

Le verre par exemple, subit une transformation en calcin propre puis une valorisation dans le domaine du verrier. Le cadre est destiné aux raffineries d’aluminium si le plastique va faire office de combustible de récupération dans le milieu de la cimenterie. Le silicium est envoyé dans la filière des métaux précieux si les connecteurs et les câbles sont revendus sous la forme de grenaille de cuivre. Ce qui fait qu’en total, les panneaux solaires font l’objet d’un recyclage à hauteur d’au moins 95 %.

La mise en place en juillet 2018 de l’usine de Rousset spécialisée elle aussi dans le recyclage de produits électriques et électroniques, mais d’envergure européenne, s’est élevée à environ un million d’euros.

Une augmentation continue du recyclage des produits électriques et électroniques en fin de vie

La quantité annuelle de produits électriques et électroniques en fin de vie collectée, a connu une augmentation de plus de treize fois depuis le début de l’année 2015. D’ici 2030, les panneaux solaires usagés en France devraient avoisiner les 50 000 tonnes quand ce chiffre atteindra jusque dans les 9,5 millions de tonnes d’ici 2050 en Europe toute entière.

Cette augmentation plausible de la quantité de panneaux usagés d’ici quelques années, va induire une hausse des investissements dans le domaine du recyclage. De nouvelles infrastructures de traitement devraient de ce fait, voir le jour. La création d’une deuxième usine de recyclage serait d’ailleurs, déjà en cours d’étude en France. Anaïs Gouabault, le responsable opérationnel de PV Cycle France a confirmé cette idée en disant « Nous avons un défi à relever afin d’accompagner cette croissance dans les meilleures conditions techniques et environnementales et à coûts maîtrisés ».

Pub

Cette usine agréée a la responsabilité d’assister ses membres dans leurs démarches d’écoconception. Cela a été décidé dans le cadre de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, entérinée par le Sénat à la fin du mois de janvier 2020. Elle stipule que tous les acteurs du domaine des équipements électriques et électroniques accessibles sur le marché français sont tenus d’assurer leurs obligations d’écoconception. Ces acteurs englobent les producteurs et les importateurs de panneaux photovoltaïques.