Rennes : adieu aux terrasses chauffées pour favoriser l’écologie

Depuis le 1er janvier de cette nouvelle année, le chauffage au gaz sur les terrasses des cafés, bars et restaurants de la métropole de Rennes est désormais interdit. Ce, pour favoriser la protection de l’environnement. Certains commerçants locaux sont contre cette décision, prétendant que cela pourrait grandement réduire leur chiffre d’affaires. D’autres sont par contre d’accord. Les détails sur le sujet.

Pub

1er janvier 2020 : plus de terrasses chauffées à Rennes

On y est, dorénavant, plus aucune terrasse de la ville rennaise n’aura le droit de disposer d’un chauffage au gaz. En effet, l’usage des parasols chauffants sur les terrasses des restaurants ainsi que des cafés et bars de la métropole est maintenant prohibé, par souci de préservation de l’environnement.

Si vous vous en souvenez, une même sentence est déjà été tombée quelques années plus tôt. Au sein du second arrondissement parisien, les terrasses n’avaient plus droit au chauffage. Cependant, les autorités municipales sont revenues sur leur décision. Mais pour compenser cela, elles ont revu à la hausse la taxe des établissements équipés de terrasse.

Rennes : première métropole sans terrasses chauffées pour les restaurants, bars et cafés

Dans la cadre de la transition environnementale et écologique, Rennes a donc choisi d’être la première métropole de l’hexagone à bannir le chauffage des terrasses de bars, cafés et restaurants à compter du 1er janvier. Même si cela ne fait pas l’unanimité dans toutes les villes françaises, la métropole bretonne a voulu s’y tenir.

Parmi les villes comptant plus de 200 000 habitants, Rennes a été la première à abandonner les terrasses chauffées, se réjouit Marc Hervé, le maire adjoint chargé du commerce. Tandis que cette décision avait été présentée en délibération au conseil municipal durant le mois de juin de l’année dernière, après 6 mois de débats, le vote été quasi unanime.

Des avis divergents sur cette décision prise

Si certains sont spécialement enthousiastes quant à ce choix, d’autres le sont moins, en particulier les commerçants qui s’inquiètent pour leurs bénéfices.

Pub

Un chiffre d’affaires qui pourrait baisser de 20 000 euros, d’après certains gérants

L’inquiétude plane gagne certains commerçants, qui craignent de perdre une partie de leur chiffre d’affaires. En effet, certains pensent que sans terrasses chauffées, cela pourrait susciter la réticence chez certains clients. Certains se disent que d’autres moyens pourraient être adoptés pour préserver l’environnement, sans pour autant porter atteinte au chiffre d’affaires.

Un restaurateur a indiqué qu’il n’allume son dispositif de chauffage qu’en week-end et tard dans la soirée, alors que les places sont toutes occupées à l’intérieur. C’est dire que la consommation n’est pas si importante. Mais il a fait le compte, ce retrait du chauffage de terrasse pourrait lui faire perdre une somme minimale de 20 000 euros sur son chiffre d’affaires annuel.

Des gérants plutôt d’accord

D’autres restaurateurs en revanche sont consentants et se prononcent en faveur de cette initiative. Cela est plutôt positif, indique un gérant local. Ce dernier a déjà retiré son système de chauffage lorsque l’hiver a commencé. Il a pu de ce fait dresser un bilan.

Il souligne que cela l’a aidé à diminuer sa consommation énergétique. Néanmoins, il précise que la clientèle aura besoin d’un peu de temps pour s’y habituer. Mais cela ne va pas pour autant avoir un impact négatif sur les chiffres d’affaires, affirme-t-il.

Pub

Bref, pour éviter que les clients ne prennent froid, les établissements peuvent recourir à différentes solutions, comme leur suggérer des plaids ou les convier à venir à l’intérieur. Pour l’heure, personne ne sait encore si d’autres métropoles projettent d’appuyer la décision de la ville de Rennes. Toujours est-il que les autorités communales de Grenoble, d’Angers et de Bordeaux envisagent d’en discuter.