Stop à la pollution plastique : le projet de loi contre le gaspillage

Cela fait déjà quelques jours que le projet de loi sur l’économie circulaire et à l’encontre du gaspillage est étudié au Palais Bourbon en séance plénière. Certaines dispositions seront particulièrement abordées et prises, dont notamment la consigne quant au recyclage des bouteilles plastiques. Les détails :

Pub

Une lutte pour créer une « France avec zéro déchet »

Comme indiqué lors des débats à l’Assemblée nationale en séance publique, le projet de loi sur l’économie circulaire et contre le gaspillage se fixe comme principal objectif d’aboutir à un pays où les déchets seront supprimés. La députée LREM d’Ille-et-Vilaine, Laurence Maillart-Méhaignerie l’a précisé : aucune grande loi concernant les déchets n’a été mise en vigueur depuis plus de 25 années. L’Hexagone doit s’activer dans ce sens et se montrer plus strict afin de mettre fin à la pollution et au gaspillage.

La discussion sera minutieusement suivie. Cette loi devra refléter l’acte II du quinquennat dans lequel Emmanuel Macron a mis l’écologie en avant. Selon Stéphanie Kerbarh, la députée LREM de Seine-Maritime, ce projet de loi est valable pour chaque citoyen français, agriculteurs, salariés, maires, communautés…

Différentes mesures prévues dans le cadre du projet de loi

C’est vers la fin du mois de novembre que la Commission du développement durable de l’Assemblée a défini le projet de loi. De nombreuses mesures ont été prises. Et parmi les principales figurent l’ajout de filières supplémentaires à responsabilité élargie des producteurs ou REP, dont le rôle est de récolter les déchets provenant du bricolage, des équipements médicaux, des restes de cigarettes, du bâtiment et des jouets.

Cela inclut en outre la suppression des emballages plastiques au sein la restauration rapide, en particulier lorsque la clientèle mange sur place, ainsi que la valorisation du pouvoir des maires par rapport aux dépôts illégaux. Un juriste a souligné qu’il s’agit sans nul doute du projet le plus marquant de ces dernières années concernant l’écologie et la protection de l’environnement.

Pub

D’autres actions d’écoconception pour favoriser le développement durable

Les sénateurs ont eux aussi laissé leur empreinte dans ce projet de loi. Ces derniers y ont inscrit des textes axés sur la suspension de l’usage du plastique, le traitement des pollutions et de l’écoconception. Le Sénat a fait preuve d’innovation sur certains points, pour ne citer que la mise en place d’un capital en vue du financement du réemploi solidaire.

Cependant, le Sénat a fait part de son rejet presque unanime, quant à certaines dispositions médiatisées, à l’instar de l’instauration d’une consigne pour le recyclage des bouteilles plastiques. Les élus sont totalement contre cette idée. Le gouvernement, lui, a choisi de ne pas émettre son point de vue sur cette idée de consigne, du moins pas pour l’instant. Néanmoins, le sujet n’est pas du tout clos.

Recycler les bouteilles, oui, mais également les autres déchets plastiques

Parallèlement à toutes ces actions entreprises, le président de la République s’est engagé à recycler la totalité des objets en plastique de France, à l’horizon 2025. Mais une question se pose : pourquoi faut-il exclusivement porter l’attention sur les bouteilles destinées aux boissons ?

Pub

Celles-ci ne constituent qu’environ 10 % de l’ensemble des déchets plastiques. Selon le délégué général d’Amorce, Nicolas Garnier, des efforts devraient être fournis pour traiter les 90 % qui restent, pourcentage qui englobe la majorité des emballages et objets actuellement non recyclables. Bref, d’après le WWF France, ce projet de loi est une opportunité unique pour déployer le combat contre la pollution plastique, sachant que l’Hexagone est le principal générateur de déchets plastiques au sein de la Méditerranée. C’est donc à juste titre que la France doit adopter ce nouveau projet de loi et s’y conformer. Des actions sont alors attendues de la part de toute la population, des collectivités, des élus…