Suppression des chaudières au fioul d’ici 2028 en Centre-Val de Loire

Supprimer les chaudières au fioul, tel est l’objectif qui a été fixé depuis 2018. Cependant, le gouvernement peine à l’atteindre, notamment en Centre-Val de Loire où le fioul reste le moyen de chauffage le plus utilisé.

Pub

L’usage des chaudières au fioul en région Centre-Val de Loire

Le gouvernement à travers le premier ministre Édouard Philippe avait annoncé le 14 novembre 2018 sa volonté de supprimer les chaudières au fioul d’ici 2028. Un an plus tard, les démarches pour atteindre l’objectif restent incertaines en région Centre-Val de Loire. Aujourd’hui encore, 3,5 millions de foyers se servent de cet instrument en guise de source de chauffage domestique. Selon l’observatoire régional de l’énergie en 2016, 43 % des habitants (soit environ 1 million de personnes) de Centre-Val de Loire comptent encore sur cet appareil de production de chaleur. La région fait usage de plusieurs types de sources pour se chauffer, à savoir :

  • Les ressources issues des produits pétroliers : 43 %
  • L’électricité : 25 %
  • Le gaz naturel : 21 %
  • Le bois énergie : 7 %
  • Les énergies renouvelables : 2 %

La pollution au fioul

Le fioul constitue une source d’énergie polluante, à l’inverse du chauffage au gaz, au bois et à l’électricité. En effet, les chaudières au fioul produisent 666 g de dioxyde de carbone par kWh, alors que le gaz n’émet que 222 g/kWh, l’électricité 105 g/kWh et 40 g/kWh pour le bois (selon l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Les chaudières au fioul génèrent également des particules et d’HAP (Hydrocarbures aromatiques polycycliques). La combustion du fioul produit du SO2, un gaz obtenu à partir du soufre et de l’oxygène. Ce genre d’instrument émet également des dioxines et des furanes.

Bénéficier d’une prime pour la conversion énergétique

Afin de réduire la pollution au fioul, le gouvernement a mis en place depuis janvier 2019 une série de mesures, dont une prime à la conversion des chaudières. Celle-ci s’apparente aux Certificats d’Économie d’Énergie (CEE). Elle propose aux foyers de convertir leur chaudière au fioul, au gaz moins performant, ou au charbon par des instruments plus propre. Le gouvernement suggère plusieurs alternatives, comme : une chaudière biomasse, un système solaire, une pompe à chaleur, une chaudière au gaz à haute performance énergétique… Pour bénéficier de la subvention, il suffit de faire une demande et d’évaluer son éligibilité au dispositif via un site de simulation.

Pub

Les foyers touchant des revenus modestes peuvent profiter d’une majoration de la prime à la conversion énergétique. À titre d’exemple, pour l’usage d’une nouvelle chaudière biomasse, un ménage modeste peut percevoir environ 4 000 euros de financement (contre 2 500 euros environ pour les ménages à revenu moyen).

Une condition est toutefois requise pour profiter de la prime de conversion : la localisation géographique. Il faut en effet être desservi par le réseau GRDF afin d’utiliser le gaz de ville dans le chauffage domestique. Dans la région Centre-Val de Loire, il y a 497 communes (soit environ 72 000 logements collectifs et individuels) qui profitent de la desserte du réseau.

Pub

Le concours « Ma maison éco » pour réduire la pollution

22 % des émissions de CO2 en Centre-Val de Loire sont issues des maisons individuelles. Ces chiffres sont nettement supérieurs au ratio national moyen. Pour tenter de réduire ce taux de façon drastique, la région et l’ADEME ont organisé un concours « Ma maison éco ». Il s’agit de primer des projets lauréats visant à optimiser les performances énergétiques des foyers. Le concours s’adresse aux particuliers. La meilleure proposition recevra une récompense de 5 000 à 21 000 euros. Même après la mise en place de ces dispositifs, l’objectif de supprimer les chaudières au fioul reste toutefois encore difficilement atteignable. Selon une enquête de FioulMarket et OpinionWay, 48 % seulement de la population souhaitent changer de système de chauffage domestique dans 10 ans.