Trois motifs pour adopter le biogaz !

Le gaz naturel arrive en deuxième place parmi les énergies les plus utilisées en France en usage domestique. Selon les hypothèses actuelles, la réserve mondiale en cette énergie fossile pourrait s’épuiser d’ici 60 ans suivant la tendance croissante de sa consommation. Ce à quoi semble répondre le biogaz, ce gaz vert renouvelable qui voudrait supplanter le gaz naturel notamment dans l’usage domestique.

Pub

Voici les trois raisons qui justifient l’adoption du biogaz à la place du gaz naturel.

Le biogaz, une énergie écologique respectueuse de l’environnement

En tant que gaz vert, le biogaz se distingue par la faible quantité de gaz à effet de serre que son cycle, de sa production à son utilisation, rejette dans l’atmosphère. Selon une étude réalisée par l’ADEME et GRDF, le gestionnaire du réseau de distribution du gaz en France, l’adoption du biométhane à la place du gaz naturel habituel permettrait une diminution des émissions de GES de l’ordre de 188 grammes de CO2 pour chaque kilowatt-heure de biogaz produit.

Ceci constituerait une amputation conséquente de GES d’environ 750 000 tonnes de CO2 pour chaque année.

Utilisé en tant que carburant, le biométhane préserve aussi la qualité de l’air et de l’environnement. Aucune émission de particules fines n’est observée et la quantité d’oxydes d’azote rejetés est très faible. Ce qui fait qu’en somme, le biogaz reste moins polluant que le gaz naturel fossile habituellement utilisé.

Le biogaz pour un recyclage écologique des déchets

La méthanisation et le premier moyen de production de biogaz en France ; ce pays s’est doté à la fin de l’année 2018 d’au moins 285 unités de méthanisation.

L’indissociabilité des déchets organiques à la vie, fait de la méthanisation, le moyen le plus sensé de gestion de ces déchets produits quotidiennement. La restauration, l’agriculture, l’industrie agroalimentaire les ménages, les boues d’épuration, etc. représentent des sources potentielles de biogaz par méthanisation.

Pub

Il faut également noter que l’exploitation des déchets comme matière première pour la production de gaz vert est une forme de valorisation du potentiel énergétique de ces substances. Elle représente également une alternative tout à fait intéressante à la combustion et à l’enfouissement des déchets. Sur le long terme, la pollution aérienne et celle des sols connaîtraient une réduction conséquente.

Le progrès technologique aidant, produire du biogaz à partir de déchets autres qu’organiques serait même bientôt possible. Le plastique, les pneus, le bois, etc. pourront dans un avenir proche, servir de premières pour le biogaz.

Le biogaz, pour consommer du gaz vert produit en France

Le fait que le biogaz soit produit localement en France représente l’un de ses atouts principaux. L’adopter constitue non seulement un geste patriotique, mais permet aussi d’œuvrer pour le développement de la France toute entière.

Si la production locale en biogaz de la France continue à progresser, elle n’aura bientôt plus besoin d’importer du gaz naturel. Le pays pourra ainsi, acquérir son indépendance énergétique. D’autant plus qu’au contraire des autres pays, elle ne possède pas des réserves conséquentes de gaz naturel. La France importe en effet, quasiment tout le gaz qu’elle consomme à raison de 41 % de la Norvège, de 25 % de la Russie, de 15 % de l’Algérie et de 11 % des Pays-Bas.

La capacité de production de biogaz de la France est certes, encore faible, mais elle est en phase ascendante. La mobilisation citoyenne et la loi sur la transition énergétique de 2015 vitalisent significativement son essor. Rappelons que cette dernière vise à ce que, d’ici 2030, au moins 10 % du gaz consommé en France soit du biogaz.

Pub

Dans cette optique, au moins 650 projets d’installation d’unités de production de biogaz sont en cours d’étude chez GRT et GRDF. De nombreux procédés de production de ce gaz vert sont également en gestation tels que la pyrogazéification, la gazéification des algues, etc.