Trois sites sélectionnés par RTE pour emmagasiner de l’électricité

Un projet expérimental sera réalisé en Côte d’Or, dans les Hautes-Alpes et en Haute-Vienne. RTE, le gestionnaire des lignes à haute tension de l’Hexagone, mènera à bien un projet d’emmagasinage de l’électricité. Découvrez dans les lignes qui suivent les principaux points de cette expérimentation dans les lignes qui suivent.

Pub

Le stockage de l’électricité : un véritable défi

Emmagasiner de l’énergie en grande quantité est un défi considérable. Car l’électricité ne peut pas être stockée, comme c’est le cas avec l’eau dans une citerne, sur laquelle on pourrait placer un robinet, pour un usage immédiat de l’eau.

Depuis qu’elle a été découverte, l’électricité générée est usuellement transmise quand les consommateurs s’en servent. Or, il est possible de la produire en importante quantité à certains endroits, tandis qu’ailleurs, il peut en manquer.

Grâce à l’apparition et à la progression des dispositifs de batteries, le gestionnaire des lignes à haute tension en France, en l’occurrence RTE, a démarré une expérience. Des parcs de stockage d’électricité seront installés dans trois sites français : à Bellac en Haute-Vienne, à Vingeanne en Côte d’Or et à Ventavon dans les Hautes-Alpes.

Un projet dont le nom est « Ringo »

Baptisé Ringo, ce projet d’envergure permettra d’expérimenter l’entreposage à grande échelle de l’énergie électrique. Dans la ville de Bellac, environ une quinzaine de conteneurs de batteries seront mis en place sur un terrain situé à proximité du poste source. Ce, afin de stocker l’énergie qui sera transmise au réseau, en fonction des demandes.

La production sur ce parc pourrait atteindre une quantité de 30 mégawatts, ce qui équivaut à la consommation électrique d’une heure au sein d’une localité qui dénombre 30 000 habitants. Cette initiative est plutôt bien reçue par les élus. Le choix de RTE s’est tourné vers ce site, car cette zone est spécialement active en matière de déploiement d’énergies renouvelables.

Christian Lévêque, le premier adjoint de la Mairie de Bellac, indique que sur le territoire de la communauté du Haut-Limousin en Marche, des projets photovoltaïques et éoliens sont déjà en cours. Comme il souhaite y développer une énorme production d’énergie, c’est l’emplacement idéal pour concrétiser le projet de RTE.

Pub

Les batteries utilisées seront les mêmes que celles qui composent les voitures électriques, et notamment celle du fameux bus qui a parcouru les rues de Limoges pendant les fêtes de fin d’année. Quant au choix de la technologie d’entreposage, il n’a pas encore été décidé.

Des problèmes à anticiper pour un avenir meilleur

Le projet pourrait toutefois rencontrer quelques problèmes. Certes, quand l’électricité est emmagasinée, cela permettra d’avoir un stock en réserve. Cependant, si sa quantité est trop importante et si elle est distribuée lorsque les besoins seront élevés, cela risque de désorganiser le marché de l’énergie.

Si le stockage est conséquent, les coûts devraient en effet être revus à la baisse, tandis qu’ils seront à majorer si les demandes sont nombreuses. Il sera ainsi indispensable d’équilibrer le système : tous les mégawatts excédentaires dans un lieu doivent être redistribués en temps réel dans un autre endroit.

Il est toutefois parfaitement possible de retirer 30 MW à Bordeaux et de le départager, non plus dans sa quantité intégrale, mais par exemple 20 MW à Lille et 10 MW à Marseille. En gros, les lignes à haute tension seraient virtuelles.

Un grand nombre d’expérimentations de ce genre sont déjà entreprises dans certains pays. Néanmoins, celle de RTE reste la plus révolutionnaire, dans la mesure où son but est d’expérimenter un système totalement automatisé. Dans le courant de ce mois de janvier 2020dans la ville de Bellac, le projet a été lancé.

Pub

Le début du chantier devrait être fixé cette année même. Toujours en phase de négociations commerciales avec des collaborateurs, RTE devrait présenter d’ici quelques semaines plus de détails sur les objectifs qu’il compte atteindre. Si le test est concluant, le développement de sites de stockage sera multiplié. De ce fait, le prix des batteries devrait diminuer.