Utilisation de poubelles à puces dans la Marne pour limiter la quantité des ordures ménagères

Aujourd’hui, un ménage produit 260 kg d’ordures par an en moyenne. Ce volume est 2 fois supérieur à celui d’il y a 40 ans. Pour contenir ce phénomène, dans la Marne, une mesure a été instaurée consistant à utiliser des poubelles à puce. Il s’agit de l’application du concept de la redevance incitative.

Pub

Les puces dans les poubelles pour limiter les ordures ménagères

Dans le sud-est de la Marne, une nouvelle initiative voit le jour : l’implantation de puces dans les poubelles ménagères dès ce début d’année 2020. Le projet concerne 153 communes de 4 communautés de communes du sud-est de la Marne. À partir de ce moment, les 39 000 habitants devront se limiter à sortir leurs ordures à raison de 18 fois dans l’année. En une année, chaque foyer aura droit à 18 ramassages, soit un ramassage toutes les 3 semaines. Le service implique un forfait entre 100 à 270 euros selon les membres de la famille. L’objectif est de réduire le nombre de sorties de poubelles afin de restreindre autant que possible la quantité d’ordures ménagères. Il faut noter que la capacité de chaque bac reste proportionnelle. La taille se décline en 120 à 240 litres en fonction du nombre d’individus au sein du foyer.

Chaque poubelle dispose d’une puce Radio Frequency Identification (RFI). Des capteurs spécifiques sont également placés dans les camions de ramassage. Ces dispositifs servent à recueillir autant d’informations que possibles pour la traçabilité des déchets.

Un programme de sensibilisation des habitants

En cas de dépassement, le foyer responsable devra verser une pénalité entre 1,20 et 7 euros par conteneur supplémentaire. Concrètement, un couple avec 2 enfants qui souhaitent dépasser ce seuil paiera une pénalité de l’ordre de 170 euros par an en plus de son forfait de base. Ce programme a pour objectif de sensibiliser les habitants et d’encourager le tri des déchets. Cette forme de redevance incitative relève du principe de pollueur-payeur. La facturation de la collecte des ordures ménagères est estimée en fonction du service rendu, soit payer ce que l’on produit.

Pub

Un programme d’économie

Limiter les ordures ménagères est un acte à la fois économique et écologique. Rappelons qu’auparavant, un ménage devait verser en moyenne 186 euros pour ses ordures ménagères. Désormais, cette somme est réduite à 100 euros. Cette initiative du Symsem ou Syndicat mixte du sud-est marnais offre aux foyers l’occasion de maximiser ses économies. D’un point de vue économique, le système a permis la création d’un emploi. Pour mener l’opération à bien, le programme bénéficie d’un budget de 600 000 euros, selon le directeur technique de la Symsem.

Réduire les ordures est synonyme d’acte écologique

Le programme incite les habitants à adopter un comportement plus écoresponsable : réduction des déchets, tri, mise en compostage, réduction des emballages, recyclage… Ces opérations amoindrissent le volume des déchets de plus de 50 %, selon le directeur de la Symsem. Il rappelle que le projet avait pour finalité une amélioration économique, cependant, il s’est soldé par une amélioration écologique. Aussi, la Symsem a mis en place des bacs composteurs. Afin de mieux gérer les bios-déchets, la collectivité a versé 25 euros pour chaque bac de 400 litres.

Pub

Un projet concrétisé après une année d’essai

La redevance incitative a été approuvée comme viable après une année entière de test. À cause des contraintes environnementales actuelles, il est de toute évidence impératif et urgent d’instaurer un système de limitation des déchets ménagers. Qui plus est, en matière de redressement écologique, les habitants de la Marne remarquent un retard de leurs communes par rapport à celles des autres départements limitrophes comme les Ardennes. D’après l’ADEME, ce nouveau système touchera 30 % des administrés. Il est bon de mentionner que 22 % des collectivités de France et dans le Grand Est ont déjà adopté cette redevance incitative.