Adopter une alimentation durable pour préserver l’environnement

La dégradation de l’environnement se poursuit aujourd’hui à une très grande vitesse. La crise climatique touche tous les pays du monde, et avec la production de nourriture actuelle qui est nuisible à la nature, le réchauffement planétaire va empirer. Pour y remédier, adopter une alimentation saine, durable et écologique semble être un bon début.

Pub

Abandonner le mode d’alimentation actuelle

D’après des recherches scientifiques qui datent de l’année dernière, la chaîne alimentaire actuelle contribue à un tiers des émissions de gaz à effet de serre en plus de consommer environ 70 % de l’eau douce de la planète. Le mode d’alimentation actuelle se traduit donc par un grand gaspillage d’eau et une pollution de l’air.

Pour espérer ralentir la crise climatique et contribuer à la protection de l’environnement, le premier réflexe à adopter est de changer de mode de vie, à commencer par le mode d’alimentation. S’alimenter de manière à respecter l’environnement est effectivement bon pour la protection de la nature tout en étant bienfaisant pour la santé.

Planter des arbres et lutter contre la déforestation

La forêt a évidemment quelque chose à avoir avec l’alimentation. Une bonne alimentation se traduit par de la nourriture riche en vitamines et en nutriments, ce qui veut dire fruits et légumes. La déforestation est la plus grande cause du manque de ces nourritures naturelles dans le monde. Les fruits et les légumes d’aujourd’hui sont ceux qui sont plantés en salle, et qui ont donc moins d’apports nutritionnels pour le corps humain.

Pour commencer cette marche pour une alimentation durable, se remettre à la plantation est essentiel. Si le manque de terrain en ville est le frein à la reforestation, vous pouvez commencer par planter des arbres fruitiers et légumineux dans votre jardin ou au rebord de votre terrasse. C’est déjà une bonne contribution pour l’environnement.

En plus de vous apporter des aliments sains et naturels, la reforestation est aussi un excellent moyen de réduire considérablement le réchauffement climatique. En effet, chaque feuille verte absorbe les gaz toxiques présents dans l’air, notamment le gaz carbonique et le méthane, ceux qui sont responsables des graves changements climatiques.

Pub

Passer à l’agroécologie

Faisant partie de l’alimentation, le mode de cuisson ne peut être passé sous silence. Le charbon est très utilisé en cuisine alors que cette source non renouvelable est très polluante. De plus, la fabrication de charbon de bois passe inévitablement par la case déforestation. Pour instaurer une alimentation, durable et écologique, commencer à se passer du charbon est indispensable.

Dans le cadre de la plantation, les techniques qui prennent en compte l’écologie sont à prioriser. Le temps est donc venu de limiter voire bannir l’usage de pesticides et d’engrais dans la plantation des cultures vivrières.

Que dit la science concernant la consommation de viande ?

Dans le système alimentaire, la consommation de viande a toujours été un sujet de controverse dans le monde entier. Cependant, il est unanime que plus le degré de végétalisation d’un régime est élevé, plus celui-ci est écologique. Suivant cette logique, le régime le plus bienfaisant pour le climat est bel et bien le régime végétalien.

Les personnes qui se soumettent au régime végétalien ne consomment que des aliments d’origine végétale. Ce régime est dépourvu de viande, de poisson, mais aussi de produits laitiers. D’après les analyses scientifiques réalisées l’année dernière, le régime végétalien est celui qui émet le moins de gaz à effet de serre.

Pub

Bien que le régime végétalien soit le plus écologique, amener tous les habitants de la planète à l’adopter est pratiquement impossible. Pour une contribution à l’environnement, il est conseillé d’adopter un régime aux deux tiers végétaliens, pour réduire la consommation de viande d’au moins 50 %.