Comment construire une maison écologique ?

Construire une maison écologique devient impératif dans la mesure où elle réduit l’empreinte carbone. L’écoconception suit des spécificités en matière de choix des matériaux et de procédures de construction. Voici quelques pistes pour mieux comprendre le projet.

Pub

La nouvelle réglementation environnementale sur les maisons neuves

Dans le cadre de la transition écologique, la RE 2020 (Réglementation environnementale) sera remplacée en 2021 par la RT 2021. Cette nouvelle norme limitera davantage la consommation énergétique. De plus, les futures générations de villas devront se contenter d’un minimum d’empreinte carbone tout au long de leur cycle de vie. En outre, les procédures de construction, de démolition et de recyclage devront réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Les matériaux utilisés 

Les bâtiments neufs font appel à de nouveaux matériaux naturels, comme la brique classique. Celui-ci est biodégradable et évite les émanations de COV (Composés Organiques Volatils).

Le chanvre

Le chanvre demeure le matériau le plus écologique à l’heure actuelle. Plante facile à cultiver, elle est peu gourmande en eau et ne demande aucun pesticide ni engrais. Dans une construction de bâtiment écologique, il est fusionné avec de la chaux. Cet assemblage donne naissance à une sorte de béton. Ce dernier est placé entre des planches de coffrages et des banches. Après le séchage, les planches sont retirées. Le mur reçoit un enduit en guise de protection.

Le bois

Le bois constitue le matériau écologique par excellence. La France ne compte à ce jour que 7 % de bâtiments confectionnés à partir de cette matière. Néanmoins, son usage augmente graduellement de 15 % chaque année. Le matériau recyclable et renouvelable est 15 fois plus isolant que le béton. Dans une écoconstruction, il sert d’ossature des bâtiments et s’associe avec le chanvre ou la paille.

Pub

La brique Monomur

Une brique Monomur, marque déposée de la Fédération française des tuiles et briques, est une brique de terre cuite extrêmement épaisse. Elle est sillonnée de plusieurs alvéoles. Le matériau renferme de l’air et possède une forte inertie thermique capable d’isoler la maison. Sa résistance accrue lui permet de supporter plusieurs étages. Malgré son aspect écologique, la brique Monomur appartient au monde du non durable. En effet, ses procédures de fabrications et de cuissons consomment de l’énergie grise.

La paille

L’idée même d’ériger une maison en paille semble être tirée d’un conte de fées. Cependant, une construction à 100 % en paille présente les mêmes caractéristiques qu’une construction en brique, en matière de solidité. Ce genre de bâtiment suit un principe simple : des bottes de paille remplissent une ossature en bois qui est ensuite enduite de chaux. Il en résulte une épaisseur optimale du mur pour garantir une bonne isolation. La paille mérite donc le qualificatif d’isolant.

La terre crue

Pour finir, la terre crue véhicule de nombreux avantages, en l’occurrence : la disponibilité, l’aération et l’isolation. De plus, elle maîtrise le taux d’humidité de l’air ambiant. Son principe de fabrication suit des démarches durables et la cuisson reste inutile. Aussi, la pose reprend les techniques utilisées sur les murs en chanvre. Pour renforcer sa capacité, un soubassement en pierre ou en brique est indispensable.

Pub

Les subventions pour la construction d’une maison écolo

Les contraintes budgétaires découragent souvent les particuliers à entreprendre des travaux d’écoconception. Sachez cependant que les prix des matériaux durables sont maintenant aussi accessibles que ceux des matériaux classiques. De nombreuses subventions sont en outre disponibles pour financier les travaux. Il s’agit :

  • Du prêt à taux zéro
  • De l’exonération totale ou partielle pendant 5 ans de taxe foncière pour les logements BBC (la subvention varie en fonction de la politique communale de la ville)
  • D’un bonus de constructibilité traduit par une augmentation de la surface constructible jusqu’à 30 %
  • Des aides des collectivités
  • De la réduction de la TVA et du Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique