Comment se passe le retour en classe dans les zones vertes de France ?

Après 55 jours de confinement en France, le gouvernement entame la phase post-Covid 19. Le week-end après le 11 mai a été marqué par des plages et des espaces verts noir de monde, ce qui a provoqué une vague de polémique. Entre temps, les écoles ont repris du service, accueillant élèves et professeurs.

Les élèves suréquipés

Le déconfinement se caractérise en premier lieu par le retour à la vie scolaire. Les élèves de 6e et 5e reprennent le chemin de l’école. Les zones vertes comptent à ce jour 185 000 enfants obligés de se plier aux protocoles sanitaires stricts. Outre le masque, le port de visières de protection complète est impératif dans certains établissements à Angers.

Le début de semaine se passe sans encombre à la suite de la réouverture des écoles primaires accueillant environ 1,4 million d’élèves. Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer se félicite de ce premier exploit en affirmant que : « c’est un début, nous faisons les choses pas à pas pour ces élèves ».

Malgré les inquiétudes et les réserves du corps enseignant et des parents, le pouvoir exécutif a fait de la réouverture des écoles une priorité absolue dans la stratégie de déconfinement en France.

Le gouvernement toujours optimiste

Lundi 18 mai, le ministre de l’Éducation a encouragé la reprise progressive des écoles par les termes : « il faut réhabituer la société à aller à l’école ». En dépit de cet enthousiasme, la reprise de la pandémie a porté préjudice à cette stratégie de déconfinement de France. En effet, des écoles de la banlieue d’Angoulême à Soyaux et La Couronne ont dû refermer à la suite de 2 nouveaux cas chez des membres du corps enseignant. À Roubaix, une autre école a refermé ses portes après qu’un des élèves a été testé positif au coronavirus. En tout, ce sont près de 70 établissements sur 400 qui ont été dans l’obligation sanitaire d’ajourner la réouverture de leurs portes, confirme le ministère de l’Éducation.

L’épidémie sous-contrôle

Le gouvernement tente toujours par tous les moyens de maîtriser la situation. Il se veut rassurant en déclarant être capable d’isoler les nouveaux foyers de contamination. Les autorités engagent une étroite surveillance de l’impact sanitaire du déconfinement en France. Les autorités confirment le reflux des hospitalisations, même si une hausse de la mortalité s’est fait ressentir en seulement 24 heures, avec 483 décès. Selon les scientifiques, le bilan du déconfinement en France ne peut être établi qu’au-delà de 2 semaines.

En attendant, une rumeur circule, selon laquelle la date du second tour des élections municipales s’arrêtera en fin juin. À défaut de scrutin, les Français devront se résoudre à une réorganisation entière des élections. Outre la réouverture des écoles, le gouvernement mise sur une stratégie de déconfinement en France portée sur l’aspect écologique. Dans cette optique, il encourage l’achat de véhicules propres.

Éviter une deuxième vague

Pour éviter la menace d’une deuxième vague et donc un reconfinement, les autorités sont sur le qui-vive. Au total, la France a enregistré 28 108 morts. Le pic des 483 morts a été recensé dans les Ehpad et les établissements médico-sociaux. À l’inverse, les nombres de patients admis aux services de réanimation et dans les hospitalisations sont en constante baisse.