Coronavirus : des mesures de confinement à l’ordre du jour

Une augmentation soudaine des cas de contamination au coronavirus en France crée une inquiétude généralisée. Cela se ressent notamment dans les secteurs ouverts au public qui doivent d’ailleurs appliquer les récentes mesures de confinement décidées par l’État.

Pub

Gagner un temps précieux par le confinement

La France est depuis peu, l’un des principaux foyers de l’épidémie au Covid-19 sur le territoire européen avec l’Italie et l’Allemagne. 130 cas de contamination ont en effet, été enregistrés dans la soirée de dimanche. Parmi ces patients confirmés infectés par le coronavirus, douze sont guéris si deux en sont morts et 116 sont encore à ce jour, hospitalisés dont neuf sont en état critique selon le gouvernement français.

Les autorités françaises de la santé veulent à tout prix éviter que cette épidémie au Covid-19 ne se superpose avec celle de la grippe saisonnière. Si cela se produisait, ce serait le chaos au sein des hôpitaux. C’est pourquoi la mesure de confinement a été mise en place.

Cette mesure est la plus draconienne de la parade esquissée par la France contre le coronavirus. Le semi-marathon de Paris qui devait se tenir le dimanche 1er mars a signé le durcissement des dispositions prises par le gouvernement pour arrêter la propagation de cette infection. Cent cas de contamination ont déjà été recensés à ce moment-là.

Le confinement a parfaitement illustré la riposte prise en temps réel contre un mal aux contours encore diffus. Dans la foulée, d’autres grands évènements publics ont aussi été annulés, tels que le salon de l’immobilier Mipin prévu se tenir à Cannes ou la dernière journée du salon de l’Agriculture.

Aussi appelée distanciation sociale, le confinement revient à réduire tous les rassemblements, à fermer les écoles, à mettre les employés en télétravail, à limiter au minimum les transports publics. Elle vise à juguler la propagation de l’épidémie pour gagner du temps dans la recherche du moyen le plus efficace pour la faire disparaître.

Pub

Il est vrai que le pic de l’épidémie saisonnière en France est déjà passé, mais il reste quand même encore beaucoup de malades dans les hôpitaux selon Olivier Véran, le ministre de la Santé. La stratégie vise à éviter toute superposition des deux épidémies grippales. Le ministre de la Santé n’est toutefois pas certain qu’elle marcherait, car le virus a déjà réussi à pénétrer sur le territoire. Une chose est toutefois sûre, l’État va tout faire pour qu’elle réussisse.

Dans tous les cas, les scientifiques sont optimistes sur son succès. Le Dr Daniel Levy-Bruhl, le responsable de l’unité des infections respiratoires de Santé publique France fait partie de ceux qui croient en sa réussite.

Les départements concernés par les mesures de confinement prises

L’Oise et la Haute-Savoie constituent les deux principaux foyers de propagation du Covid-19 en France. Tous les rassemblements y sont interdits, peu en importe l’objet, jusqu’à nouvel ordre. François Daviet, le maire de la commune de La Balme-de-Silingy de la Haute-Savoie fait partie des personnes contaminées par ledit virus.

Les forces de l’ordre ont même entrepris d’évacuer les quelques marchands encore présents sur le marché de Crépy-en-Valois. Là aussi, Bruno Fortier, le maire de la commune figure parmi les gens contaminés.

L’Outre-mer qui a enregistré trois cas de contamination, se met aussi en branle-bas de combat. À la Réunion comme en Martinique, quelques manifestants se sont même heurtés à la police pour éviter que des arrivants ne viennent apporter le virus sur leur île.

Pub

Le principal souci de ces prochains jours est d’éviter que les membres du personnel soignant soient contaminés. Les syndicats de médecins libéraux ont d’ores et déjà réclamé qu’on les équipe de masques à haut niveau de protection appelés FFP2.