Coronavirus : la France se prépare à une éventuelle propagation

Malgré le rapatriement des Français établis en Chine et l’accalmie autour de l’épidémie avec la sortie imminente du dernier patient hospitalisé à Lyon, la France se prépare à un rebond du nombre d’infectés. Pour cause, l’Italie a confirmé plus d’une centaine de cas.

Pub

Un risque élevé d’épidémie plus importante

Olivier Véran, ministre de la Santé a annoncé dimanche dans une interview que la France se préparait désormais à une éventuelle propagation du Coronavirus avec l’apparition de nouveaux cas dans les pays voisins. En effet, trois décès sont déjà à déplorer en Italie et onze villes ont également été mises en quarantaine. De par sa proximité avec la France, c’est le nombre de familles vivant en Italie et qui sont susceptibles de faire des va-et-vient vers la France, qui augmente le risque de propagation rapide du virus, mais il n’est plus question de contact avec des personnes ayant séjourné en Chine ou de voyages dans les pays déjà touchés selon Arnaud Fontanet, directeur du département de santé globale à l’Institut Pasteur. Selon Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon, il est important de trouver la « chaîne de contamination » pour comprendre ces « cas sans épidémiologie évidente » et dissiper les inquiétudes ou les éventuels malentendus liés ces nouveaux cas.

Des mesures déjà prises

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a toutefois annoncé qu’il avait déjà demandé une augmentation du nombre de laboratoires équipés en tests de diagnostics. Le ministre entend bien atteindre les plusieurs milliers d’analyses par jour alors que nous sommes aujourd’hui à une capacité de 400 analyses par jour. M.Véran a également promis un approvisionnement en masques chirurgicaux.

Pub

Le ministre a toutefois tenu à préciser qu’aucune mesure de confinement à grande échelle n’a encore été prise. Cette mesure est réservée uniquement aux ressortissants français récemment rapatriés. En effet, le dernier avion en provenance de Wuhan a atterri le 21 février dernier avec, à son bord, quelque 28 Français ainsi que 36 ressortissants issus d’autres pays de l’Union Européenne. Rappelons que c’est le troisième avion affrété au rapatriement des Français en Chine. Ils sont aujourd’hui mis en quarantaine pendant 14 jours, durée d’incubation du virus dans le village de vacances Pierre et vacances dans le Calvados, en Normandie. Ce sont quelques 77 cottages qui ont été privatisés. Depuis le début de l’épidémie, 300 personnes ont déjà été rapatriées et mises en quarantaine dans des villages de vacances en Aix-en-Provence et à Carry-le-Rouet. Tous ces rapatriés sont aujourd’hui rentrés auprès de leurs familles après avoir subi des tests et après qu’aucun cas n’ait été signalé.

Une France qui commence à souffler

Si la mort du touriste chinois de 80 ans a semé le trouble, la France peut toutefois profiter d’une période d’accalmie. En effet aucun décès n’est à déplorer jusqu’à aujourd’hui. De plus, sur les quatre patients britanniques récemment hospitalisés, un seul est encore sous surveillance à Lyon même si son état est loin d’être critique. Il devrait même sortir dans quelques jours. Depuis le début de l’épidémie, plus aucun cas n’a été signalé dans l’Hexagone. Le bilan reste donc le même pour la France qui semble plutôt bien s’en sortir : 12 infectés et un mort.

Pub

Rappelons aussi que la maladie semble gagner du terrain en Chine où le bilan ne cesse de s’alourdir avec plus de 75 000 personnes infectées et plus de 2 200 morts d’après les chiffres publiés jeudi dernier. 100 nouveaux cas ont également été confirmés vendredi en Corée du Sud, un rebondissement malgré les nombreuses mesures déjà prises pour limiter la propagation du Covid-19.