Débat sur l’usage des éoliennes en France

Alors que le réchauffement climatique commence à faire des ravages, la France se focalise sur les énergies durables en guise de solution à long terme. L’une de ces ressources, l’énergie éolienne, n’est cependant pas vue d’un bon œil. Cette source d’électricité durable fait polémique entre les riverains des sites de production, les agriculteurs et les écologistes.

Pub

La place de l’énergie éolienne dans la consommation énergétique de France

La France compte près de 8 000 éoliennes qui sont réparties sur 1 380 parcs. Bien que pratiques, ces instruments perturbent le champ de vision de certains habitants et commencent à faire polémique dans le pays.

Accroissement du nombre d’éoliennes en France

D’ici 2050, la France ambitionne une neutralité totale en matière de carbone. C’est pourquoi le gouvernement mise sur l’ensemble des sources d’énergie renouvelable. Entre 2015 et 2019, le nombre d’éoliennes a augmenté de 4 200 à 7 950 dans les 1 380 parcs. Selon le ministère de la Transition écologique, jusqu’à fin mars 2019, ces engins ont généré une puissance de 15 317 mégawatts. Durant le début 2019, les éoliennes ont pris en charge 6,9 % de la production énergétique de la France. Rappelons que la majorité de l’électricité française est encore produite au moyen de l’énergie nucléaire.

Les objectifs pour l’horizon 2030

D’ici 2030, le gouvernement prévoit une prise en charge de la production de l’électricité provenant des éoliennes à hauteur de 30 %. Afin d’atteindre cet objectif, l’État a établi un projet d’envergure : la mise en place de 11 éoliennes offshores sur la mer. Ces dispositifs seront installés au large de :

Pub
  • Courseulles-sur-mer
  • Saint-Nazaire
  • Dunkerque
  • Yeu-Noirmoutier
  • Saint-Brieuc
  • Fécamp
  • Dieppe-le-Tréport

Leur lancement est prévu entre 2021 et 2022. Soulignons que d’après les chiffres EurObserv’ER en 2018, l’Allemagne figure en première place parmi les pays de l’UE à faire usage de l’énergie éolienne. Vient ensuite le Royaume-Uni, l’Espagne et enfin la France. Sur le continent européen, cette énergie renouvelable occupe 14 % de l’électricité produite.

La fin de vie d’une éolienne

Une éolienne possède une durée de vie entre 20 et 30 années. Après ce laps de temps, l’engin doit être démonté. Heureusement, les matériels récupérés sont recyclables à 95 % selon France Energie Eolienne. Le dispositif est composé à 10 % de fibres de verre ou de carbone et à 90 % de béton et d’acier. Cependant, les procédures de recyclages posent problème, car les fibres de verre et le carbone sont difficiles à recycler. Aujourd’hui, ces matériaux servent de combustibles pour les cimenteries. De plus, le gouvernement n’a, à l’heure actuelle, pas encore décidé sur le sort des fragments d’éoliennes après usage.

La pollution engendrée par les éoliennes

Tout au long de son fonctionnement, l’éolienne ne produit aucun gaz à effet de serre. Toutefois, sa production et son démontage provoquent une pollution atmosphérique. L’engin de plusieurs mètres de hauteur entraîne une pollution visuelle et sonore. De nombreuses plaintes ont d’ailleurs été recensées auprès des habitants qui vivent à proximité de ces dispositifs. Pour éviter ces désagréments, l’État a prévu une loi exigeant une distance minimale de 500 m entre les éoliennes et les habitations. De cette manière, la nuisance sonore ne pourra dépasser les 35 décibels. D’autres condamnent les troubles que les engins provoquent, en l’occurrence : les nausées et les insomnies. Selon les témoins, ces troubles sont causés par les ultrasons inaudibles des éoliennes. Cependant, la causalité entre les parcs et ces maladies n’a pas encore été confirmée.

Pub

Les éoliennes, un thème sujet à controverse

Malgré l’importance de la transition écologique, l’intensification du nombre d’éoliennes fait polémique en France. Les habitants anti-éoliens avancent des arguments sanitaires qui ne sont pas admis par la majorité des scientifiques. Ils insistent également sur la perte de la beauté du paysage et pensent que le gouvernement a négligé leurs avis avant d’installer ces engins. De l’autre côté, les pro-éoliens misent sur l’argument écologique et les questions de durabilité.