Des déchets illégaux français ont été rejetés par la Malaisie

Exaspérée par les montagnes de déchets qui s’éparpillent dans son pays, la ministre de l’environnement malaisienne a annoncé le lundi 20 janvier 2019 sa décision de renvoyer 43 conteneurs vers la France. Cet incident a interpellé Brune Poirson et Élisabeth Borne.

Pub

Une lutte acharnée contre le trafic de déchets illégaux en Malaisie

La ministre malaisienne de l’Énergie, des Sciences, de la Technologie, de l’Environnement et du Changement Climatique Yeo Bee Yinn s’est associée avec la secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire Brune Poirson. Ce partenariat s’est traduit par une lutte acharnée contre le trafic des déchets illégaux depuis la France vers la Malaisie. Dans cette optique, Brune Poirson a déclaré le retour sur le sol français de 43 conteneurs en provenance de la Malaisie. Ils contiennent des déchets illégaux que des industries françaises avaient envoyés vers le pays.

Ce retour a été l’occasion pour la Malaisie de révéler sa nouvelle réglementation sur l’importation de déchets plastiques. En 2018, la Chine avait également établi une loi autour de ce même principe. De plus, la Malaisie a affirmé que ces expéditions ne suivent pas les normes réglementaires relatives à la convention internationale de Bâle (traité international sur la réduction de la circulation des déchets dangereux entre 2 ou plusieurs pays).

Les déchets français reviennent au Havre

Depuis cet incident, le ministère de la Transition écologique et solidaire a lancé une enquête en vue de retrouver le responsable de ces conteneurs. Puis, au début de novembre 2019, une amende administrative d’un montant de 192 000 euros a été imposée. Les conteneurs sont en cours de transport vers le port du Havre, en Seine-Maritime. À l’issue du contrôle de leur contenu effectué par les services des douanes et du ministère, l’entreprise concernée devra prendre sous sa responsabilité le traitement de ces déchets.

Par ailleurs, la Malaisie a affirmé son intention de retourner sur-le-champ tous les conteneurs à déchets à destination de leurs pays d’origine. Il faut souligner que le pays a déjà retourné environ 150 conteneurs de déchets en plastique pendant ces 8 derniers mois. Ces conteneurs ont été renvoyés au Japon, au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis. La ministre Yeo Bee Yin a affirmé son engagement pour lutter contre la pollution dans son pays.

Pub

L’Asie ne veut plus être la poubelle du monde

Le continent asiatique a toujours été considéré comme le décharge du monde. En effet, nombreux sont les pays qui font l’objet d’importation sauvage de déchets industriels. La ministre malaisienne de l’Environnement brandit la carte de la dignité et ne manque pas de rapporter les désagréments et les troubles que ressent la population à cause des montagnes d’ordures qui se situent juste à côté des habitations. Le sujet devient d’autant plus sensible lorsque les déchets viennent d’Europe.

Rappelons qu’il existe une réglementation internationale qui autorise l’exportation d’emballages, mais à quelques conditions qualitatives (des plastiques triés pour faciliter le recyclage). Cependant, les conteneurs venant de France contiennent des ordures associées à des produits toxiques. Ce retour à l’envoyeur de la part de la Malaisie pourrait ainsi encourager fermement les industries françaises à recycler.

Renforcement de la traçabilité des déchets en France

À cause de cet incident, le gouvernement français a renforcé la traçabilité des déchets dans le cadre de la loi anti-gaspillage et en vue d’une économie circulaire, selon Brune Poirson. Soulignons que cette loi a été votée définitivement le mardi 21 janvier. Toutes les entreprises concernées par le principe de filière pollueur-payeur sont dans l’obligation de déclarer la nature, la destination ainsi que la quantité de ses déchets.

Pub

La secrétaire d’État a renforcé son engagement à collaborer avec les autorités compétentes pour contrôler les transferts illégaux de déchets.