Eau du robinet : potable ou non ? Un problème dans plusieurs communes françaises

Le 2 janvier 2020, l’Agence régionale de santé a levé les restrictions concernant l’usage de l’eau du robinet dans certaines villes. Celles-ci sont entrées en vigueur le 15 décembre 2019 pour certaines communes et le 23 décembre 2019 pour d’autres.

Pub

De nombreux habitants français, notamment ceux du Lot et de la Seine-Maritime, se sont vus obligés d’utiliser de l’eau en bouteille pour cuisiner. Il semblerait que l’eau du robinet soit désormais réutilisable, mais pas dans toutes les communes. Les détails.

Eau non potable dans une quarantaine de communes de Seine-Maritime

Le 23 décembre 2019, une restriction a été appliquée dans certaines communes, quant à l’utilisation de l’eau du robinet pour un emploi alimentaire.

Plusieurs communes de Seine-Maritime concernées

Incrustée de bourbes et de fragments d’argile, l’eau du robinet de plusieurs communes du département de Seine-Maritime est devenue impropre à la consommation.

La population a dû se servir d’eau en bouteille pour cuisiner. Les fêtes de fin d’année se sont ainsi révélées quelque peu compliquées, en particulier pour certains boulangers qui ont été contraints d’agir en urgence afin d’approvisionner en eau les pétrins.

L’eau courante de nouveau potable dans quelques villes seulement

Quelques heures avant le début de l’année 2020, certaines communes ont pu de nouveau faire usage de l’eau du robinet, redevenue potable. Le 2 janvier 2020 pour la Seine-Maritime, la levée de la restriction de la consommation d’eau potable a été déclarée pour tout le département.

Lors d’une déclaration, l’Agence régionale de santé de Normandie indique qu’après les analyses réalisées sur les canaux concernés, la qualité de l’eau courante est revenue à la normale. En corollaire, les restrictions appliquées depuis le 23 décembre 2019 ont été suspendues.

Pub

Les restrictions toujours maintenues dans le Quercy Blanc et à Cahors

La ville de Cahors est approvisionnée en eau potable par une seule ressource : la Fontaine des Chartreux. Quelques collectivités avoisinantes puisent également leur eau dans cette source. Quand il y a une restriction concernant la consommation de l’eau du robinet, la presque totalité de la population est donc concernée.

Dans le département du Lot, incluant la commune de Cahors, 15 mille ménages n’ont pas encore d’eau potable à disposition. Les restrictions en vigueur depuis le 15 décembre sont toujours de rigueur.

Une restriction levée puis prolongée…

La restriction est entrée en vigueur le 15 décembre 2019, puis a été levée en fin d’année. Mais dans la soirée du vendredi 3 janvier 2020, les autorités ont reconduit les restrictions jusqu’au 6 janvier 2020, au motif que les analyses effectuées seraient divergentes.

Malgré le fait que le taux de turbidité de l’eau soit revenu à la normale, du fait des conditions climatiques devenues plus clémentes, l’Agence régionale de santé a observé des résultats contradictoires sur les analyses entamées. Ce qui ne lui a pas permis de lever la restriction.

Une première analyse non concluante selon l’Agence régionale de santé

Alors que les analyses effectuées le 1er janvier n’ont détecté aucune anomalie, un prélèvement fait la veille 31 décembre a affiché des résultats défavorables. Respectant une procédure imposant deux résultats satisfaisants consécutifs, l’agence régionale de santé a maintenu sa restriction jusqu’au 6 janvier, dans l’attente des conclusions d’une nouvelle analyse en cours.

Ainsi pour Cahors, l’eau qui coule à travers le réseau public n’est pas encore considérée comme potable et ne peut être employée pour la préparation de repas. Il est cependant possible de la faire bouillir avant de la boire ou de la vouer à d’autres usages domestiques. Bref à Cahors, il est fortement déconseillé à la population de boire directement l’eau du robinet. Ce, jusqu’à nouvel ordre.

Pub

Espérons que ce fâcheux incident ne se reproduise plus et que tous les Français puissent désormais disposer d’une eau courante potable en ce début d’année.