Élisabeth Borne intensifie les appels d’offres d’installations de panneaux solaires photovoltaïques

Le salon international de l’agriculture du dimanche 23 février 2020 a été marqué par la visite de la ministre de la Transition écologique et solidaire. À cette occasion, Élisabeth Borne a réitéré sa volonté de promouvoir la filière solaire en France. Durant sa visite, elle a annoncé le relèvement du seuil de capacité pour les appels d’offres d’installations de panneaux photovoltaïques et le lancement du label Bas-Carbone.

Pub

Rehausser le seuil de capacité pour les appels d’offres d’installation photovoltaïque

La ministre de la Transition écologique et solidaire Élisabeth Borne avait récemment annoncé un relèvement du seuil de capacité pour les appels d’offres d’installations de panneaux solaires photovoltaïques devant la commission des affaires économiques du Sénat sur la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie). Ses propos ont finalement été traduits dans le concret au cours de sa visite au Salon de l’agriculture à Paris le 23 février 2020, lors duquel elle a fait part du changement et déclaré son soutien au développement des panneaux solaires.

Le seuil des appels d’offres est ainsi passé de 100 kW à 300 kW. En d’autres termes, les installations photovoltaïques sur les toitures dotées d’une puissance inférieure à 300 kWcs peuvent désormais se passer des procédures d’appel d’offres avant d’obtenir le soutien public. Ces équipements doivent toutefois occuper une superficie de moins de 3 000 m2.

Renforcer la filière solaire

Les professionnels du secteur de l’énergie solaire ont salué cette annonce. Le syndicat Enerplan a affirmé que : « la mesure vient concrétiser la confiance que les pouvoirs publics placent dans l’énergie solaire ». La disposition renforce les conditions du marché et l’ambition de la PPE, continue-t-il. Aussi, l’organisation entend-elle prendre en charge nominalement sa bonne mise en œuvre. Le syndicat se dit en attente d’arbitrages face à cette initiative.

Pub

L’annonce a également interpellé le président d’Enerplan, Daniel Bour. Il estime que : « c’est une bonne nouvelle pour la transition énergétique, sous réserve des conditions d’applications tarifaires, pour devenir un véritable accélérateur du marché du photovoltaïque sur bâtiment ». Cependant, il condamne le fait que la mesure exclut les bâtiments entre 300 et 500 kWcs.

Les projets Bas-Carbone

La ministre de la Transition écologique et solidaire a également profité de cette intervention au Salon international de l’agriculture pour dévoiler sa participation au lancement des premiers projets « Bas-Carbone ». Rappelons que c’est une idée des agriculteurs destinée à récompenser les démarches de réduction de l’empreinte carbone dans le secteur. Le projet est le fruit d’une collaboration entre le Gouvernement, l’Institut de l’économie pour le climat et les différents partenaires scientifiques et professionnels.

Le programme consiste au versement de crédits carbone utilisés par les collectivités territoriales et les entreprises désireuses de compenser leurs émissions de gaz carbonique. La ministre explique que « le label met en place un cadre innovant et transparent offrant des perspectives de financement aux projets de réductions de CO2 ». C’est également une autre forme de récompense aux comportements écoresponsables. L’initiative s’intègre dans la Stratégie nationale bas carbone ou SNBC de janvier dernier.

Pub

Travailler ensemble pour réduire les émissions de GES

Le secteur agricole a une incidence considérable sur le climat, car cette filière occupe à elle seule 19 % des émissions de GES en France. Afin de lutter contre le dérèglement climatique et éviter une hausse de la température, « nous devons travailler ensemble », martèle la ministre de la Transition écologique. Les efforts doivent se multiplier afin d’inscrire l’agriculture au rang de nouveau modèle écologique. La ministre en a profité pour souligner le poids des actions étatiques dans le combat contre la crise climatique. Elle a affirmé que le gouvernement joue un rôle de « facilitateur » dans le cadre de la transition écologique.