Éteindre les lumières pour limiter la pollution lumineuse

Extrêmement nocive pour l’environnement, la pollution se présente sous différentes formes. La pollution de l’air et celle de l’eau ont longtemps été les sujets les plus fréquents, cependant, la pollution lumineuse est aussi devenue un problème sérieux. Sans s’en rendre compte, un grand nombre d’habitants des grandes villes sont responsables de cette forme de pollution.

Pub

La lumière artificielle plaît aux yeux, mais nuit à l’environnement

La pollution lumineuse est un sujet très en vogue pour la campagne des prochaines élections municipales. Une grande partie de la population française ignore pourtant que la lumière artificielle est nuisible à l’environnement. En effet, ces différentes sources lumineuses qui éclairent chaque nuit Paris ainsi que de nombreuses autres villes françaises détruisent la biodiversité. 

Dans toutes les grandes villes de la France, les rues sont saturées en éclairage dès la tombée de la nuit. En plus des poteaux qui émettent une lumière souvent chaude, les vitrines et les enseignes lumineuses restent allumées jusqu’au lever du jour. Pourtant, la plupart de ces éclairages sont inutiles et mal pensés car installées non pas pour éclairer, mais pour décorer les lieux. Bien qu’elles soient très agréables à voir, ces sources de luminosités sont néfastes pour le ciel et l’environnement nocturnes.

D’après une étude récente, environ 11 millions de lampadaires et 3,5 millions d’enseignes lumineuses sont allumés toutes les nuits à Paris, c’est d’ailleurs de là qu’est née l’appellation « Ville Lumière » qui symbolise la capitale. Toutefois, l’obscurité est nécessaire pour la santé de l’homme ainsi que pour l’environnement.

L’obscurité est bel et bien une ressource

Fait ignoré par la plupart des Français, l’obscurité est un bien à préserver au quotidien. Un usage excessif de lumière artificielle est la cause d’une dégradation significative de l’obscurité, ce qui peut avoir des impacts sérieux sur la santé humaine et animale.

Pub

Pour les populations animales, plus précisément les insectes, l’obscurité est une nécessité à leur vie étant donné que ce sont des animaux nocturnes. En effet, les insectes vivent la nuit, se reproduisent la nuit, se nourrissent la nuit. L’excès de luminosité artificielle est un obstacle à leur routine à nuit à leur santé. Par ailleurs, comme la lumière attire les insectes, ils ont tendance à se cogner contre les enseignes lumineuses. À force, ils finissent par mourir sans avoir effectué leur cycle de vie, ce qui peut mener jusqu’à l’extinction de sa race.

En ce qui concerne les humains, l’obscurité est l’un des facteurs qui garantissent un sommeil de bonne qualité. Pour rester en bonne santé et être de bonne humeur, le sommeil est essentiel. Pourtant, avec des sources lumineuses qui traversent les fenêtres, il est difficile de s’endormir.

Quant aux plantes, l’obscurité fait partie de leur cycle de vie. Elle est essentielle à leur bon développement. Toutes les plantes, pendant le jour, dégagent de l’oxygène, et pendant la nuit, du dioxyde de carbone. Quand l’obscurité est perturbée par les luminosités artificielles, ce cycle ne peut pas se compléter, causant ainsi la mort des végétaux.

Que disent les réglementations ?

En 2013, certaines communes françaises, dont Saumur, surnommée « La ville Étoilée » ont élaboré une réglementation destinée à mieux gérer les éclairages nocturnes. Pour préserver l’obscurité, cette ville interdit les éclairages inutiles, celles des commerces, et surtout les enseignes publicitaires lumineuses. À partir d’une heure du matin, toutes les lumières doivent être éteintes, laissant place à l’obscurité totale.

Pub

Éteindre les lumières quand elles ne sont plus utiles est un geste simple, à adopter au quotidien pour contribuer à la protection de l’environnement. Adopter cette routine va vous permettre non seulement de limiter le réchauffement climatique et de faire des économies d’énergie, mais aussi de préserver l’environnement nocturne.