Filière éolienne en France relancée grâce au « repowering »

Aujourd’hui dans l’hexagone, la première génération d’éoliennes est en fin de vie. Pour y remédier, des dispositifs plus performants devraient les remplacer. Ce processus nommé « repowering » pourrait aider la branche éolienne française à réaliser ses objectifs pluriannuels. Les détails.

Pub

Le repowering, la solution pour déployer l’éolien en France

Cela fait une année que les intervenants en matière d’énergies renouvelables se sont fixés des objectifs bien définis, à concrétiser à l’horizon 2028. À la fin du mois de novembre 2018, le gouvernement a en réalité dévoilé sa programmation pluriannuelle de l’énergie ou PPE, pour les 10 ans en cours. Pour activer la transition énergétique de l’hexagone, l’énergie solaire produite devra de ce fait être décuplée. La production de l’éolien devra par ailleurs être multipliée par 2,5.

Si à priori les objectifs nationaux en faveur de l’éolien semblent peu ambitieux, cela est notamment dû à différentes contraintes, comme le fait qu’il peut s’avérer particulièrement complexe d’ériger un parc d’éoliennes au sein du territoire français. À la différence des panneaux photovoltaïques qui peuvent être implantés sur les toits ou dans le sol, les infrastructures éoliennes nécessitent des implantations spécifiques.

De plus, leur mise en place requiert des travaux d’études, de même que l’organisation d’un débat public, qui peut parfois retarder la réalisation d’un projet de plusieurs années avant d’obtenir une approbation. Quoi qu’il en soit, pour pouvoir atteindre l’objectif des 34,1 GW mentionnés dans la PPE d’ici 8 années, le « repowering » pourrait constituer la solution idéale, qui permettrait de rehausser l’importance de la filière éolienne de la France.

En quoi consiste exactement le repowering ?

« Repowering » est un terme anglais signifiant littéralement renouvellement de puissance, mais qui indique dans ce cas précis, lorsqu’une éolienne arrive au terme de son exploitation, son changement total ou partiel par un nouveau modèle. Pour le moment, ce procédé n’est abordé que verbalement et n’a pas encore été réellement appliqué en France, sachant que la mise en service des premiers parcs éoliens locaux date du début des années 2000.

Pub

Par contre, le repowering est déjà courant au Danemark, où les tout premiers moteurs à vent ont été installés durant les années 1970. Le concept est plus que simple. Il s’agit de substituer des éoliennes récentes et performantes aux vieilles éoliennes peu puissantes. Si les anciens éléments affichent moins de 1 MW, les nouveaux modèles eux, fournissent jusqu’à 4 MW.

Après deux décennies, l’évolution de la technologie a été remarquable et le rendement a largement augmenté. Avec un nombre de pylônes identique, la production d’électricité est plus élevée qu’auparavant. Au sein du parc de Klim au Danemark, les 35 éoliennes de 600 kW ont été remplacées par 22 dispositifs de 3,2 MW. Cela a permis de tripler la puissance installée tout en diminuant le nombre de pylônes.

Dans l’hexagone, le repowering devrait également permettre de réduire le nombre de nouvelles éoliennes à implanter. Afin d’accroître sa capacité de 2,5 fois, le parc éolien français pourra compter de 8 000 à 14 500 pylônes à l’horizon 2028, ce qui équivaut à une hausse de seulement 6 500 éléments.

Premiers remplacements des parcs éoliens dans l’hexagone

En France, le lancement des premiers projets de repowering a été entrepris très récemment. Le démarrage de celui du parc éolien de Petit-Canal en Guadeloupe a été entamé en octobre 2018 par EDF Renouvelables. En 1999, 32 éoliennes avaient été posées et généraient un total de 7 MW. Une dizaine d’unités plus puissantes a été construite depuis pour les remplacer et produit maintenant 9 MW.

Pub

Dans le département de l’Ardéche, un projet de repowering est lancé au sein du parc éolien de Cham Longe. Dans tous les cas, les nouveaux modèles profitent de meilleures performances et les équipements peuvent fonctionner, peu importent les conditions météorologiques. Il semble que le repowering soit effectivement la solution attendue pour relancer l’éolien sur le territoire français.