Filtres à microfibres en plastique : une obligation applicable sur les lave-linge dès 2025

Lorsque l’on envoie les vêtements à laver, des microplastiques se détachent de ceux-ci, puis achèvent leur parcours dans le fond des mers. Pour éviter la prolifération de ces microplastiques, à compter de 2025, les concepteurs de lave-linge devront pourvoir leurs produits de filtres, afin de bloquer ces microfibres en plastique.

Pub

Les microplastiques : de véritables pollueurs qu’il faut stopper

Les microfibres en plastique sont des particules d’une dimension inférieure à 5 mm. Elles proviennent des habits lavés, et représentent une grande source de pollution, bien qu’elles soient quasiment invisibles. Quand les vêtements synthétiques passent à la machine à laver, des microplastiques s’en libèrent et contournent les filtres, dont la conception n’a pas prévu de les retenir.

Ces microfibres en plastique terminent leur itinéraire dans la profondeur des océans, où les poissons et autres habitants des mers les avalent. Dans le but de diminuer la pollution, le gouvernement a imposé aux fabricants la mise en place de filtres spéciaux sur les lave-linge à partir de 2025.

Des microfibres en plastiques à 11 km sous les mers

La pollution aux microplastiques est particulièrement présente dans le fond des océans. À l’issue de certaines recherches, des microfibres en plastique ont été découvertes dans l’organisme de crustacés retrouvés à une profondeur de 11 km dans les ondes océaniques.

D’après l’Union internationale pour la conservation de la nature ou UICN, ces minuscules fragments constitueraient 15 à 30 % des 9,5 millions de tonnes de plastiques rejetées tous les ans au fond des océans.

Les recherches permettant de définir l’impact de ces microplastiques sur la santé humaine et sur son environnement sont jusqu’à ce jour imprécises. Toutefois, une chose est certaine : la pollution engendrée par ces particules menace grandement la vie marine, et entre autres celles des crustacés et des poissons qui les ingurgitent, pensant qu’il s’agit de nourriture.

Pub

La France réclame le rajout de filtres spéciaux sur les lave-linge

Selon la secrétaire d’État à la Transition écologique, le combat contre la pollution des microfibres en plastique est un vrai challenge et s’avère compliqué à réussir. Cela ne s’effectuera pas facilement et requiert beaucoup de travail et d’efforts de la part des concepteurs de machines à laver. Elle précise que cela nécessite certaines modifications technologiques.

Avec la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire qui vient d’être mise en application, la France est le premier pays à exiger la pose de ces filtres. Ce, afin de fixer ces fragments synthétiques dans les machines à laver et d’éviter qu’ils se propagent. Un délai a été établi et les fabricants devront adopter des solutions à compter du 1er janvier, pour équiper leurs machines de ces filtres.

Est-il possible de mettre au point un tel filtre ? En effet, cela est parfaitement faisable. Mme Poirson indique que cela est plus que nécessaire, car aucune alternative n’existe vraiment. Ainsi, les fabricants se sont engagés à chercher des alternatives pour faire en sorte de limiter la pollution plastique. Néanmoins, ils demandent aux autorités publiques de leur octroyer une garantie de « concurrence saine », en tentant par exemple d’instaurer des normes européennes.

Certains ont déjà la solution

D’après certaines informations, ce type de filtre pour machines à laver serait déjà disponible. En effet, depuis peu, une jeune entreprise du nom de Planet Care met en vente un filtre à placer dans le lave-linge pour retenir les microplastiques contenus dans les vêtements.

Pub

La directrice de la start-up, Mojca Zupan affirme qu’elle détient la solution, qui est sur le marché depuis le mois de septembre 2019. Près de 500 exemplaires ont d’ailleurs été déjà écoulés. Le filtre doit être disposé à la sortie de la machine. À l’heure actuelle, l’entreprise travaille afin de proposer un filtre destiné à être intégré dans l’équipement durant sa fabrication.