Gard : la forêt de Valbonne détruite pour subvenir au ravitaillement en bois de chauffage

Une forêt qui remonte à la période glaciaire, qui jouit d’une riche biodiversité et qui renferme un peuplement de hêtres méditerranéens plutôt rare… C’est ainsi que l’on pourrait décrire la forêt de Valbonne. Aujourd’hui, les bois de cette forêt située dans le Gard sont abattus afin d’assurer le ravitaillement en bois de chauffage. Une association a lancé une alerte quant au danger auquel la forêt fait face. Le point sur le sujet.

Pub

Une forêt d’exception exploitée à mauvais escient

La forêt de Valbonne, installée dans le département du Gard, a survécu à plusieurs époques. De l’ère glaciaire, elle est restée intacte pour vivre les méfaits des catastrophes naturelles, du réchauffement climatique, mais aussi, et surtout de cette fâcheuse habitude des hommes, qui ont souvent tendance à détruire ce qui est naturel et beau.

Actuellement, cette forêt se trouve en danger de mort, à cause de l’abattage des arbres ainsi que de la mauvaise gestion de l’Office national des forêts, ONF.

Petite rétrospective de l’histoire de la forêt de Valbonne

La forêt de Valbonne est une propriété domaniale qui s’étend sur une superficie de 1 380 hectares. Blottie aux confins de l’Ardèche, dans le nord du Gard, elle existe depuis l’ère glaciaire. Une assez vaste partie de cette zone forestière se compose d’une plantation méditerranéenne de hêtres particulièrement rares.

Durant la période des Romains, les forêts recouvraient les plaines. Mais les hommes ont peu à peu coupé tous les arbres : en l’an 1 000, la forêt a été complètement rasée. C’est à plus d’un titre que l’on peut dire que la hêtraie de Valbonne est rare. Elle loge une biodiversité variée, constituée d’espèces méditerranéennes et de zones froides.

Il s’y trouve en outre des forêts de chênes verts, plusieurs espèces d’orchidées, des amphibiens, des reptiles et bien d’autres encore. La végétation y est luxuriante. Grâce à sa richesse florale et faunique, cette forêt mérite très certainement le qualificatif d’exceptionnel. De plus, Valbonne est implantée dans sa majeure partie au sein d’un site Natura 2000, et dans une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique ou ZNIEFF. Elle compte également parmi les « forêts anciennes à haute valeur de conservation » du Fonds mondial pour la nature ou WWF.

Pub

En plus de tout cela, la forêt de Valbonne est une poste de surveillance du changement climatique. Sachant qu’elle a survécu à la période de réchauffement et qu’elle a pu s’y adapter, il est normal que les scientifiques lui accordent un intérêt particulier.

Ainsi, Jean-Paul Mandin, qui est docteur en écologie et inconditionnel protecteur de la forêt, précise que la forêt de Valbonne est un genre de conservatoire et un support d’étude de la génétique pour les chercheurs. Malgré les dégâts qu’elle a subis, la forêt est à ce jour encore présente.

Une grande partie de la forêt détruite

Malheureusement, pour assouvir les besoins de l’homme, la forêt de Valbonne est en partie coupée et détruite afin de produire du bois de chauffage. Le plan d’aménagement initial n’ayant pas été respecté, les dommages seraient irrémédiables.

Les infrastructures d’exploitation et les engins utilisés dégradent amplement la forêt, sans parler de l’importante quantité de bois coupés. Tout ceci, sur une étendue non négligeable. Ces actions ne sont pas sans conséquence : les sols sont desséchés, la forêt défragmentée porte atteinte aux espèces vivant dans la forêt.

Pub

Bref, le danger est réel. L’association Terre d’Avenir, la Frapna Ardèche, de même que les habitants et plusieurs maires des villes voisines se sont mobilisés pour réagir. Ils ont lancé une pétition contre la dévastation de la forêt et ont pu collecter plus de 4 500 signatures.