Hugo Clément et Stéphane Bern lancent d’un financement participatif pour racheter un zoo de Pont-Scorff et libérer ses animaux

Sous le parrainage d’Hugo Clément et de Stéphane Bern, 7 associations lancent un projet de rachat d’un zoo de Bretagne. Cette opération a pour objectif de transformer l’établissement actuel en un centre de réhabilitation d’animaux.

Pub

Signature d’un compromis de vente

7 associations, dont Sea Shepherd France, œuvrant dans la protection des animaux se sont mobilisées pour racheter le zoo de Pont-Scorff. Ces ONG se sont regroupées pour former le Rewild, un néologisme désignant le retour à la vie sauvage. Le propriétaire de l’établissement a accepté le projet de rachat, en raison des difficultés financières qui ont ébranlé le zoo. C’est ainsi que le lundi 16 décembre 2019, la signature du compromis de vente pour le rachat s’est opérée sans encombre. Cette opération financière a pour objectifs de préparer le retour des animaux dans leur pays d’origine et de changer le zoo en un centre de réhabilitation pour animaux trafiqués.

Le rachat implique un prix conséquent de 600 000 euros. Aussi, Rewild dispose d’un laps de temps d’environ 5 mois (jusqu’au 31 mai) pour réunir cette somme. L’association a déjà collecté plus de 95 000 euros. Visible dans les réseaux sociaux, cette initiative est parrainée par le journaliste Hugo Clément et l’animateur de télé Stéphane Bern.

Quelles espèces d’animaux ?

Des lions, des éléphants, des pandas roux, des loups, des girafes figurent parmi les 561 animaux du zoo. Selon Lamya Essemlali, coprésidente de Rewild, leur cas sera examiné afin de faciliter leur retour à la nature. Le futur centre de réhabilitation accueillera ensuite les espèces victimes de trafic d’animaux. Rappelons que ce genre de trafic est la 3èmepratique la plus lucrative après le trafic d’armes et le trafic de drogues. Cependant, elle est responsable de la disparition de la majorité des espèces, souligne Lorane Mouzon, coprésidente de Rewild.

Afin de garantir le bon fonctionnement du futur centre d’accueil, l’association prévoit un budget mensuel de 100 000 euros. Rewild ambitionne tout un projet économique pour le bâtiment incluant un restaurant, un centre de formation, des visites (avec d’animaux virtuels), des conférences… Toutefois, les animaux et les visiteurs ne seront pas en contact direct.

Pub

Hugo Clément et Stéphane Bern lancent une cagnotte en ligne

Afin d’accélérer les procédures de financement, Hugo Clément et Stéphane Bern ont lancé le mercredi 18 décembre 2019 une cagnotte en ligne. Ce jour même, l’opération a déjà récolté plus de 108 000 euros. Aussi, les 2 personnalités du petit écran appellent les internautes via les réseaux sociaux. Les porteurs du projet recherchent également des partenariats avec les pays d’origine des animaux.

Par ailleurs, si le projet de centre de réhabilitation se concrétise, il deviendra le premier établissement à accueillir des animaux victimes de trafic. Évidemment, ces bêtes pourront être relâchées dans leur pays d’origine après les études et les démarches nécessaires. Pour le moment, le zoo reste encore inaccessible au grand public.

Améliorer la qualité de vie des animaux

Le plus urgent, pour l’instant, est d’améliorer la qualité de vie des animaux du zoo, selon Lamya Essemlali. En effet, la présidente de Sea Sherperd s’est indignée à la vue des conditions des bêtes qu’elle juge « catastrophiques ». Les phoques marins sont élevés dans un bassin d’eau douce. Les loups ne peuvent se soustraire à la vue du public. La priorité est donc de construire un environnement de qualité pour chacun des animaux. Puis, une étude une par une des bêtes sera lancée pour déterminer celles qui pourront être relâchées dans la nature et celles qui devront rester dans le zoo.

Pub

En ce qui concerne les 17 salariés, ils pourront faire partie du nouveau projet d’envergure. Néanmoins, les employés restent inquiets concernant leur situation actuelle.