Installation Ventilation double flux

Le renouvellement de l’air intérieur résume le fonctionnement d’une VMC double flux. L’outil s’avère d’une grande efficacité en climatisation. Cependant, il exige une installation dans les règles de l’art. Si vous êtes un bricoleur du dimanche, et que vous souhaitez quand même réaliser la pose, suivez ces quelques indications.

Pub

Les précautions avant l’installation

La maîtrise des déperditions de chaleur dans les maisons à hautes performances énergétiques passe par l’installation d’une VMC double flux. La pose ne peut se faire sans quelques précautions.

L’inspection de l’emplacement des matériels

Avant d’installer une ventilation double flux, examinez la localisation du caisson d’extraction. Celui-ci doit se situer au centre des bouches d’aération. Au moyen d’une cordelette, accrochez le caisson à la charpente afin de réduire les perturbations sonores qui s’échappent du dispositif. À défaut de cordelette, déposez le dispositif au sol, en dessus d’un tapis de mousse anti-vibration.

À l’aide d’un détecteur de métal, déterminez les emplacements des fourrures métalliques des plafonds et créez les trous destinés aux insertions des bouches de VMC.

Le choix des bons outils

Rassemblez les matériels indispensables à l’opération. En outre, l’équipement comprend une gaine et d’une centrale double flux. Celle-ci est pourvue d’un échangeur (ou un récupérateur), de filtres, d’une carte électronique, de ventilateurs, d’un préchauffeur anti-givre. Vous devez vous prémunir d’un réseau primaire muni d’une gaine isolée pour air neuf et rejet. Complétez vos matériels par un réseau secondaire pour les soufflages et les extractions dans la maison. Le coût d’acquisition de ces outils oscille entre 4 000 à 6 000 euros (sans la main d’œuvre).

Faire l’installation soi-même ou passer par un professionnel ?

Le prix de la main d’œuvre à l’installation d’une VMC double flux prix peut atteindre jusqu’à 2 000 euros, ce qui rehausse l’investissement à 8 000 euros. L’intervention d’un professionnel est recommandée pour garantir la qualité et la pérennité de la pose. De plus, la présence d’un expert certifié vous permet de prétendre aux nombreuses aides de l’État favorables à l’achat d’une VMC double flux, en l’occurrence :

  • les aides de l’ANAH ;
  • la TVA réduite à 5,5 % ;
  • les CEE (Certificats d’Économie d’Énergie) ;
  • MaPrimeRénov (en remplacement au Crédit d’Impôt à la Transition Énergétique) ;
  • les aides locales ;
  • l’éco-prêt à taux nul.

Néanmoins, vous pouvez honorer cette tâche, à condition de maîtriser les rouages d’un système de ventilation mécanique contrôlée.

Procéder étape par étape à l’installation

Un réaménagement est indispensable afin d’obtenir un réseau de conduits d’air en mesure de répartir de manière uniforme la chaleur et la fraîcheur à travers toutes les pièces.

Le dimensionnement et les plans

L’artisan est tenu de réaliser le dimensionnement. Cette opération nécessite le plan final de votre habitation. L’illustration facilite les localisations des entrées et des sorties d’air, des bouches de soufflage et de reprises ainsi que le passage des gaines et de la centrale double flux.

Pub

Le professionnel monte un tableau d’équilibrage conduisant à la section de la centrale double flux. Tout au long des démarches, il veille au réseau aéraulique afin de réduire son niveau acoustique.

Vient ensuite le montage des plans de localisation des gaines. Cette étape simplifie le choix des trous à percer dans la charpente. À noter que les filtres doivent être implantés dans un emplacement accessible, favorable à leur nettoyage et à leur changement annuel.

Repérer le caisson et les accès des gaines

L’installation d’une VMC double flux se poursuit par le repérage du caisson et les accès des gaines. Il est conseillé d’implanter l’échangeur et les répartiteurs au rez-de-chaussée, dans la buanderie.

Pour faciliter le repérage, montez un témoin répartiteur que vous allez poser à la place du vrai répartiteur. Cette astuce réduit les erreurs de taille et d’accessibilité durant le passage des gaines. Au cours de l’avancement des travaux, vous pourrez installer progressivement les vrais caissons.

Les fixations

Arrivent les fixations des bouches intérieures, des tubes d’extraction et des tubes de prise d’air. La sortie et l’entrée d’air finale se trouvent au-dessus de la buanderie.

À noter que l’entrée d’air ne doit en aucune manière être exposée aux vents violents. Aussi, elle doit être placée au Nord pour éviter les variations de température. Les tubes d’extraction nécessitent des trous dans la bouche du plancher pour faciliter le passage des gaines depuis les étages.

Connectez l’échangeur aux bouches de chaque pièce desservie. Coupez et fixez les gaines à l’aide d’un cutter et d’un collier métallique. Cette opération demande l’intervention d’au moins 2 personnes pour faciliter le passage des gaines depuis le bas vers les étages.

Les boîtiers reçoivent le flux d’air neuf et le flux d’air vicié des gaines, tandis que les caissons répartiteurs emmagasinent l’air vicié et l’air entrant.

Pub

L’installation de la centrale double flux

Pour finir, passez à l’installation de la centrale double flux et de tous ses composants. Achevez l’installation par l’équilibrage. Demandez à un professionnel de mesurer les débits et de paramétrer les équipements de manière à homogénéiser la ventilation à travers la maison. Cette ultime étape est essentielle pour garantir le renouvellement de l’air et l’optimisation du rendement de l’échangeur.