Isolation écologique : quels matériaux adopter ?

Dans le cadre de travaux de rénovation d’une maison ou pour une nouvelle construction, il est essentiel de bien effectuer les travaux d’isolation, afin de jouir d’un bon confort en toute saison et de réduire la facture d’énergie. Mais pour bénéficier d’une bonne performance écologique dans votre demeure, le choix du matériau d’isolation est crucial. Lequel choisir ? Voici quelques éléments de réponses.

Pub

Qu’est-ce qu’une isolation écologique efficace ?

Une bonne isolation remplit différents critères visant aussi bien la diminution des émissions de gaz à effet de serre que la performance énergétique. Ces deux points ne doivent en aucun cas être négligés, sachant que le bâtiment est la branche qui consomme le plus d’énergie dans l’hexagone.

Afin d’atteindre les objectifs de « décarbonisation » dans le domaine du bâtiment, une excellente isolation est nécessaire. Le choix du matériau d’isolation doit être fixé suivant plusieurs paramètres : le climat, le sol, la structure de l’habitation, son orientation, la configuration des pièces… Cela permet d’optimiser les dépenses énergétiques.

Mis à part les facteurs techniques, l’isolant doit en outre être sélectionné en fonction d’exigences en rapport avec l’environnement, la santé et les enjeux sociaux : pérennité du matériau, baisse de la consommation d’énergie, moindre empreinte environnementale, matériau non toxique…

En tenant compte de tous ces critères, les meilleurs isolants sur le plan social et environnemental restent les matériaux « biosourcés » provenant de la biomasse animale ou végétale.

Quel est le matériau idéal pour une isolation écologique ?

Les matériaux isolants sont en grand nombre. Si la résistance thermique est un paramètre fondamental, le choix de l’isolant doit également être déterminé de manière à ce qu’il contribue à la protection de l’environnement et à la réduction de la consommation d’énergie. La portée écologique du matériau doit ainsi être considérée. Zoom sur les meilleures alternatives en termes d’isolation écologique.

La laine de coton, particulièrement performante

La laine de coton est obtenue grâce au recyclage de tissus constitués de fibres de coton, issues des déchets de l’industrie du textile. Outre son faible poids, ce matériau présente des performances phoniques et thermiques satisfaisantes.

Pub

Déclinée sous diverses formes, la laine de coton à souffler affiche une performance isolante comprise entre 0,037 et 0,042. Si vous optez pour le rouleau, ce matériau aura une conductivité thermique variant de 0,037 à 0,040 W/mK.

Le chanvre, pour isoler les combles

Il est de plus en plus courant d’utiliser le chanvre pour des projets d’isolation. Cultivée sur le continent européen, cette plante est un matériau renouvelable. Le chanvre est notamment prisé pour son aptitude à absorber le CO2, mais aussi pour son imputrescibilité. Il ne craint donc pas l’attaque des petites bestioles.

Il est la plupart du temps employé pour isoler les combles perdus. Conçu sous la forme de rouleau, il peut se disposer en dessous des rampants du toit ou dans les planchers des combles. Sa conductivité thermique peut aller de 0,040 à 0,048 W/mK.

L’ouate de cellulose, matériau recyclable et écologique

Cet isolant est fabriqué à partir de boue papetière ou de papier recyclé. Sa vente est généralement réalisée en vrac. L’ouate de cellulose est alors soufflée sur le sol ou est proposée en panneaux. Son point faible est qu’il ne supporte guère l’humidité.

Le feutre aux fibres de lin

Pouvant être présenté sous forme de rouleaux, de panneaux semi-rigides ou vendu en vrac, le feutre de fibres de lin permet de concrétiser différents projets d’isolation. Plante textile réputée, le lin est utilisé et cultivé depuis les périodes antiques.

Pub

Si ses fibres sont essentiellement employées pour la production de tissus, mais agrégées en feutre,  elles peuvent également faire office de matériau d’isolation. Sa conductivité thermique peut atteindre jusqu’à 0,046 W/mK.