La France autorise la chasse des espèces menacées

La France ne dispose d’aucune loi contre la chasse aux espèces en voie de disparition. Pour preuve, le lynx et le courlis cendré, tous les deux menacés, sont les cibles du braconnage et de la chasse. Voici le point sur cette situation alarmante.

Pub

Le rôle de la chasse dans l’écosystème

L’ornithologue et docteur en écologie Frédéric Jiguet encourage une pratique plus raisonnable sur la chasse des espèces menacées lors d’une interview dans un journal français le 09 décembre 2019. Le professeur au Muséum national d’histoire naturelle estime que la chasse joue le rôle de régulateur dans l’écosystème. En effet, le nombre de certaines espèces est parfois trop important. Aussi, la pratique vise à limiter les espèces en pleine croissance, sans pour autant menacer leur existence. Cette approche baptisée Gestion adaptative est utilisée en Amérique du Nord afin de réguler le nombre de canards et d’oies.

L’importance de la chasse dans l’écosystème

Les chasseurs français occupent la place de régulateur dans certaines espèces en abondance sur le territoire. C’est le cas des sangliers qui subissent une forte croissance résultant de l’absence ou de l’insuffisance de prédateurs. Ces bêtes se reproduisent en masse et menacent d’ébranler les activités humaines (agriculture, circulation routière…) s’ils ne sont pas maîtrisés. Il existe les animaux classés d’« espèces susceptibles de causer des dégâts ». Cependant, leurs chasse doivent faire l’objet d’une limitation afin d’éviter le dérèglement de la nature (car chaque espèce a son rôle à jouer).

La chasse aux courlis cendrés

Toutefois, la chasse constitue une pratique dangereuse pour les animaux en voie de disparition. C’est le cas de l’oiseau appelé courlis cendré qui ne profite d’aucune règlementation française.

La chasse au courlis cendré

La France est aujourd’hui responsable de la menace d’extinction de cette espèce. Il faut rappeler qu’entre la nuit du 26 et le 27 août 2019, un oiseau mis sous surveillance (avec une balise GPS) entamait une migration depuis la Pologne a disparu lors de son passage en Normandie. Pour cause, sa mort a été causée par un chasseur français. Ce dernier est autorisé à tuer le volatile, car la loi ne prévoit aucune restriction contre la chasse au courlis cendré. Pendant que les voisins européens se démènent pour prolonger la survie de l’espèce, la France laisse le champ libre au massacre.

Pub

Une attitude honteuse pour les efforts européens

La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) mentionne que 20 sur les 64 espèces d’oiseaux autorisés à la chasse en France se trouvent dans la liste rouge des espèces menacées en Europe. Face à ces chiffres, la Fondation 30 Millions d’Amis appelle à une protection gouvernementale. Elle encourage l’Etat à s’associer aux autres pays européens dans leur programme de conservation. Par ailleurs, l’AEWA (Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie) rappelle que la chasse n’est pas l’unique source de la menace du courlis cendré. Il mentionne également la responsabilité de la Politique Agricole Commune (PAC).

Le cas du lynx

Le lynx figure parmi les cibles des chasseurs. L’animal est protégé par la Convention de Berne et a été déclaré en danger de disparition en France depuis 1999. Également catégorisé d’espèce en voie de disparition par l’UICN (Union Internationale Pour La Conservation De La Nature), le lynx subit des braconnages et des collisions routières.

La population de lynx menacée

Le pays ne compte plus que 120 individus. Pour conserver cette espèce, le PNA (Plan national d’action) pense suivre le PPP (Programme prédateur proie). Il s’agit d’une mesure de conservation de la Fédération des Chasseurs du Jura consistant à capturer 10 % de la population pendant 10 ans. Ces individus seront ensuite équipés de colliers émetteurs, le but étant de confronter le nombre de victimes du lynx à celui du chasseur. En effet, l’animal a été pointé du doigt, car il tue des chevreuils et nécessite une régulation. Toutefois jugé dangereux, ce projet a été refusé par le Conseil National de Protection de la Nature.

Pub

Le rôle du lynx dans l’écosystème

Le lynx occupe une place prépondérante dans l’écosystème. La bête ne cible que les individus malades et faibles. Elle supprime ainsi le risque de développer des maladies. De plus, le vice-président de Rewild a remarqué ces derniers temps un désintérêt des chasseurs vis-à-vis des chevreuils, ce qui discrédite l’argument des chasseurs pour son extermination. Par ailleurs, il faut patienter jusqu’en fin janvier 2020 pour entendre la décision finale du Comité de Pilotage sur le destin du félidé.