La France devrait-elle partager ses armes nucléaires avec l’UE ?

L’Allemagne occupe la 4e place dans le classement des puissances économiques mondiales. Malgré cette position stratégique, elle ne possède aucune arme nucléaire. Au cours d’un entretien du lundi 3 février 2020, le député conservateur allemand et vice-président du groupe parlementaire de l’Union démocrate-chrétienne ou CDU a suggéré le partage de la force de dissuasion nucléaire française. Cette proposition a cependant suscité de nombreux agacements.

Pub

S’attendre à une coopération franco-allemande sur le nucléaire ?

Un responsable des conservateurs allemands et proche d’Angela Merkel a proposé le partage de l’arsenal atomique français. Selon Johann Wadephul, les armes nucléaires de la France devraient se placer sous la tutelle de l’Union européenne ou de l’OTAN. Ces propos ont été recueillis le lundi 3 février 2020 au cours d’une interview dans un quotidien local allemand. Le vice-président du groupe parlementaire de l’Union européenne pense que l’Allemagne a tout intérêt à prendre attache avec la France au sujet des armes de défense.

Il est toutefois à rappeler que l’Allemagne entretient déjà d’étroites relations avec les États-Unis. Des avions allemands transportent, en effet, des bombes nucléaires américaines afin de les entreposer sur le sol allemand. L’homme politique pense que le débat sur cet éventuel partage devrait commencer.

Renforcer l’Europe

L’élu du mouvement de la chancelière allemande continue en soutenant que la France devrait s’apprêter à contribuer au renforcement des moyens de défense nucléaires avec ses propres moyens. Il convient de souligner que le président de la République française a déjà répété son intention de participer à la contribution européenne par ses propos : « il faut oser pour l’Europe ». L’homme politique allemand estime que l’Europe devient de moins en moins sûre à cause des replis nationalistes.

Pub

Des propos se rapportant à une nouvelle provocation allemande

Face à ces déclarations, l’ONG Greenpeace a manifesté sa colère. Son porte-parole Christoph Von Lieven a condamné l’appel de Wadephul d’un partage nucléaire. Selon lui, l’Allemagne envisage de recommencer un massacre semblable à celui de l’holocauste durant le régime nazi. Le responsable écologique estime que le pays a la responsabilité historique de préserver la paix. La ministre de la Défense allemande Annegret Kramp-Karrenbauer a admis que son pays ne contribue pas suffisamment aux dépenses militaires de l’OTAN. Elle estime que l’Allemagne doit « devenir plus active en matière de politique de sécurité, comme au Sahel ». Dans le pays allemand, les questions tournant autour du nucléaire restent tabou depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Une autonomie de la défense européenne

L’an dernier, le président français a dénoncé l’inactivité de l’OTAN. Emmanuel Macron l’avait accusée d’être en état de « mort cérébrale ». À cette occasion, il a appelé l’Europe à une plus grande autonomie sur les questions de défense. Cependant, ce qualificatif a suscité le mécontentement de l’Allemagne qui est devenue un grand pacifiste depuis la fin des années 40.

Pub

Pour répondre à ces propos peu flatteurs, le quotidien conservateur Die Welt a publié dimanche 2 février 2020 un éditorial qui pointe du doigt les propos d’Emmanuel Macron. Le journal assimile la posture du président à celle du général de Gaulle, qui selon son analyse, souhaitait mettre le continent européen sous la domination française. Le quotidien poursuit en soulignant les cas où l’Allemagne s’est vue obligée d’intervenir sur les objectifs que « la France n’est plus capable de réaliser ». Die Welt se tourne ensuite vers Paris et dénonce son refus d’un droit de regard pour l’Allemagne quant à l’usage des missiles nucléaires français et sur le partage du siège permanent de la France au conseil de sécurité de l’ONU. Les critiques françaises ont également provoqué un agacement chez la chancelière Angela Merkel.