La France subira-t-elle des coupures d’électricité l’hiver prochain ?

Bien avant le passage de la crise du coronavirus, RTE avait déjà présagé un manque d’approvisionnement en électricité pour l’hiver prochain. Il a cité : la fermeture des centrales thermiques au charbon et au fioul, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et les retards du chantier de l’ERP de Flamanville comme principales causes de cette éventuelle pénurie. Avec la crise sanitaire, cette crainte serait-elle sur le point de se concrétiser ?

Pub

La vigilance est de mise

Le 11 mai 2020, la ministre de la transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne est passée à l’Élysée pour discuter de la situation de la France par rapport à la production énergétique.

Ralentissement de la production d’électricité

À cause de la crise sanitaire qui a frappé la France de plein fouet, les mesures de confinement ont impacté considérablement la production d’électricité pour l’hiver 2020-2021. Élisabeth Borne ainsi que François Brottes (président du Réseau de Transport d’Électricité ou RTE) s’inquiètent de l’état de l’énergie dans le pays. En outre, le ralentissement économique a conduit à un possible ajournement du planning de maintenance des centrales nucléaires.

Pour rappel, au cours du printemps et de l’été, les autorités compétentes entament les travaux d’entretien indispensables aux fonctionnements des réacteurs. Les opérations obéissent à un calendrier préalablement établi. Toutefois, l’agenda ne pourra pas être respecté cette année, crise sanitaire oblige. Cette mesure exceptionnelle sous-entend une réduction du nombre de centrales en marche pour l’hiver (période où l’usage de l’électricité atteint son summum).

La France plongée dans le noir ?

Il convient de rappeler que la période hivernale oblige la France à importer de l’électricité auprès des pays voisins afin de répondre à ses besoins énergétiques (une situation paradoxale au reste de l’année où elle en exporte). Les deux acteurs préviennent que : « Pour l’hiver 2020-2021, nous serons dans une situation inédite, et cela va nécessiter une grande vigilance ».

La ministre de la transition écologique et solidaire a sollicité EDF afin de répartir son calendrier de travaux de maintenance des réacteurs. Cette mesure inédite permettra, selon Mme Borne, « la disponibilité du parc pour l’hiver prochain » et donc dissipera tout risque de coupure d’électricité.

Des solutions d’urgence pour baisser la consommation d’électricité

Si l’électricité vient à s’épuiser en hiver, le gouvernement ainsi que le RTE prévoiront 2 solutions d’urgence.

Pub

La première consiste à déployer le dispositif baptisé EcoWatt, déjà testé en région PACA et en Bretagne. Il repose sur l’écoresponsabilité des citoyens, les incitant à adopter les diverses méthodes d’économie d’énergie. En outre, des volontaires se retiendront d’user de l’électricité lorsque le réseau sera saturé.

La seconde solution part du même principe, mais s’adresse aux entreprises et aux gros consommateurs d’énergie. Les industries qui acceptent de couper leur courant seront récompensées par une compensation financière.

En cas d’insuffisance malgré ces mesures drastiques, des coupures d’électricité temporaires en hiver seront nécessaires, estime François Brottes. Sur le réseau social Twitter, Anthony Cellier, rapporteur de la loi énergie climat, manifeste son inquiétude sur un éventuel « black-out », même si le président de RTE a écarté cette hypothèse.

Les réacteurs nucléaires maintiennent leur fermeture

La ministre a été vivement critiquée pour sa décision de fermer les réacteurs. Pour confirmer son initiative, elle a balayé l’idée d’un ajournement de la fermeture du second réacteur de la centrale alsacienne. Rappelons que le premier a fermé ses portes fin février dernier. En effet, elle estime que : « On ne change pas de trajectoire et de politique énergétique du jour au lendemain ». De plus, elle souligne que la centrale n’est pas suffisamment équipée pour l’hiver prochain. Une prolongation de son activité impliquerait donc un investissement supplémentaire. Elle mise sur l’importance de la présence d’un bouquet énergétique en France.

Le dispositif Coup de Pouce à la rescousse

Un autre dispositif s’ajoute aux mesures pour réduire la consommation de chauffage des ménages : le dispositif Coup de Pouce. Il se traduit par une subvention à hauteur de 150 euros pour tous les foyers. Cette somme devra alléger l’achat d’un thermomètre intelligent, permettant une réduction à 10 % de la facture de chauffage d’un foyer, selon la ministre. Les CEE (précisément les énergéticiens derrière les Certificats d’Économie d’Énergie) sont les principaux bailleurs de cette nouvelle stratégie. Élisabeth Borne souhaite faire grimper les ventes de cet équipement intelligent entre 20 000 à 40 000 unités chaque mois.

Pub

Qu’en est-il de l’été ?

François Brottes a rassuré les Français concernant la coupure d’électricité en France pour cet été. Il estime que la réserve est suffisante pour répondre aux besoins des consommateurs, malgré un record « historiquement basse » des moyens de production lié à la crise sanitaire. Aussi, le président de RTE confirme l’absence de pénurie d’électricité même en cas de passage d’une forte canicule cet été 2020.