La grève au niveau des raffineries : le parcours du carburant expliqué

Les employés du dépôt de Grandpuits persistent dans leur grève tout en acceptant de laisser sortir une partie du produit de leur site. Cela fait craindre d’éventuels problèmes de ravitaillement en carburants auprès des stations-services, notamment en Ile-de-France. La compréhension des impacts probables desdits dépôts sur les automobilistes en France passe par celle du parcours de ce fameux carburant.

Pub

Le pétrole de la France provient d’où ?

La France consomme dans les 74 millions de tonnes de pétrole par an. Cette substance a besoin d’être raffinée pour pouvoir être utilisée en tant que carburants pour les véhicules et les chaudières. Il est à noter que seuls 30 % des carburants utilisés dans ce pays, sont issus de pétrole importé déjà raffiné. Les 70 % restants étant donc à raffiner sur place.

Seulement 1 % du pétrole brut trouvé en France, est produit sur place, le reste est importé par bateaux. Il est ensuite transporté vers les sept raffineries éparpillées sur l’Hexagone pour le raffinage en carburants. La huitième raffinerie administrée par Total, située dans la Mède des Bouches-du-Rhône ne produit plus actuellement que des biocarburants.

Comment les stations-services sont-elles ravitaillées en carburant ?

Une fois produits, les carburants sont acheminés vers les quelque 200 dépôts pétroliers de l’Hexagone. Chaque région a au moins un dépôt, mais la répartition sur le territoire est assez disparate. Environ 48 % des dépôts se trouvent en effet, dans la région de Normandie et dans celle de PACA.

De ces structures de stockage, le carburant est ensuite transporté par camion vers les quelques 12 000 distributeurs.

L’approvisionnement des stations-services se fait donc en trois étapes chacune tout aussi importante :

– La raffinerie du pétrole brut ;

Pub

– Le transport vers les 200 dépôts pétroliers de la France dont 92 sont alloués à la distribution. Ce qui fait que l’Hexagone dispose d’une réserve stratégique d’au moins trois mois de carburant en consommation normale. Cela a été pensé pour permettre au pays de faire face à un éventuel blocage total de toutes ses structures de stockage ou souci d’approvisionnement ;

– La distribution assurée par les quelque 11 000 stations-services éparpillées sur le territoire.

Quelles sont les éventuelles répercussions d’une structure de raffinage et/ou de stockage ?

Un blocage d’une raffinerie ou d’un site de dépôt de carburant, comme ce qui se passe depuis le 5 décembre au dépôt de Grandpuits, a des impacts majeurs sur la chaîne d’approvisionnement en carburants de la France.

Les stations-services ne pouvant pas être ravitaillées, risquent de ne plus avoir aucune goutte de carburant à leur pompe. Cela est aggravé par la grève au niveau de la SNCF qui force les gens à se déplacer avec leur propre véhicule. La consommation de carburants en est donc fortement augmentée.

Toutefois, les répercussions attendues au niveau du stock des stations-services ne semblent pas aussi graves que ce qui a été prévu. À un mois du lancement de la grève contre la réforme des retraites, il semble que le stock de carburant suffit encore amplement à répondre aux demandes de la population.

Cela semble aberrant d’autant plus qu’une des huit raffineries de la France, ne fonctionne quasiment plus depuis cette date. En vérité, la France s’est dotée d’une logistique pétrolière très flexible à 200 dépôts éparpillés sur tout son territoire. La situation ne serait donc critique que si et seulement si la grève porte simultanément sur plusieurs raffineries et/ou dépôts de carburants.

Pub

Il est en effet, possible de ravitailler une ville en mal de carburants en faisant appel à des chauffeurs conduisant des camions sur plus de kilomètres. Cet approvisionnement sur de plus longues distances, se fait toutefois à flux tendu. La situation pourrait de ce fait, s’empirer si la grève n’est pas rapidement résolue.