La nocivité méconnue du sucre aussi bien pour l’organisme que pour l’environnement !

Le sucre, cette denrée alimentaire très appréciée par les petits et les grands, si douce, possède une nocivité aujourd’hui encore largement méconnue. Voici toutes les raisons faisant qu’il ne faudrait pas abuser de cette douceur !

Pub

Les effets du sucre sur l’organisme

Présent quasiment dans toutes les denrées alimentaires, le sucre est omniprésent dans l’alimentation quotidienne des Hommes. Souvent incriminé par le corps médical, cette substance est à l’origine de nombreuses pathologies comme le diabète, les problèmes au niveau du système cardiovasculaire, les ennuis de stomatologie, des troubles neurologiques, etc.

La liste est encore très longue, mais le sucre reste toujours autant apprécié.

Rappelons que l’OMS ou Organisation Mondiale de la Santé recommande de limiter l’apport en sucre à tout au plus 5 % de la ration énergétique requise par chaque organisme.

Le sucre se cache quasiment dans tous les aliments

La majorité des sucres consommés quotidiennement est sous forme liquide. Soulignons que plus vous en consommez, plus vous en aurez envie : le pouvoir addictif du sucre est aussi puissant que celui de la tristement célèbre cocaïne.

Scruter la liste des ingrédients de chaque produit alimentaire n’est pas toujours suffisant pour découvrir où se cache le sucre. En effet, le sucre se dissimule souvent sous des dénominations innocentes telles que la cassonade, le sirop de riz, etc., et même à connotation santé comme la purée de fruits, etc. Les bières contiennent même de la maltodextrine, et oui, c’est encore du sucre ! Ceci pour dire que le sucre se trouve aujourd’hui quasiment partout, et cela, sans parler des fameux édulcorants de synthèse.

Pub

Le sucre, néfaste même pour l’environnement

Le sucre est soit tiré des plantes, soit fabriqué à partir de quelques produits chimiques de synthèse. Évidemment, sa fabrication nécessite toute une batterie de machines, de produits « chimiques » et de l’espace.

Les plantes sucrières dont la canne à sucre, la betterave, le maïs sont des monocultures qui requièrent un très large espace. Malheureusement les terres arables ayant servi auparavant à de telles monocultures, ne peuvent plus après quelques années d’utilisation, servir pour la culture d’autres denrées alimentaires.

Il est à rappeler que d’après WWF ou World Wildlife Fund, la culture sucrière figure en tête de liste de celles les plus dommageables de la planète. Elle ne détruit pas seulement un habitat, mais met aussi en péril tout un monde animal et végétal. À titre d’exemple, la confection de 1 kg de chocolat nécessite dans les 17 000 litres d’eau. Les adeptes du sucre sont vivement encouragés à privilégier les petits cultivateurs engagés dans le commerce équitable.

Opter pour les sucres naturels est-il moins dommageable pour l’environnement ?

Il faut avant toute chose, savoir que tous les sucres sont à la base, issus de sources naturelles à l’exception de quelques édulcorants chimiques bien sûr. C’est sa présentation sous la forme habituelle sous laquelle il est aujourd’hui vendu, qui nécessite toute une série de procédés chimiques.

On croit à tort que le sucre qui a subi le moins de transformations reste le moins nocif pour l’environnement, mais ce n’est en aucun cas vrai. Prenons le cas de la production du sirop d’érable. De la récolte à la transformation, elle rejette une énorme quantité de CO2 de l’ordre de 32 000 tonnes de gaz à effet de serre par année. Le taux d’émission de GES de cette production acéricole équivaut à celui d’environ 12 000 voitures. La production de chaque litre de ce sirop d’érable nécessite même dans les 0,6 litre de pétrole.

Pub

L’adoption de nouveaux procédés plus verts de production sucrière revêt donc une urgence signalée pour la préservation de l’environnement.